Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge »

L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge

+ d'infos sur le texte de Hélène Cixous traduit par Ang Chouléan

:Le processus de création

À l’initiative d’Ashley Thompson, traductrice-interprète et historienne, Ariane Mnouchkine est retournée au Cambodge en 2007 et y a rencontré de jeunes artistes, les élèves circassiens de l’Ecole des Arts Phare Ponleu Selpak à Battambang.

Le Théâtre du Soleil est d’abord intervenu à l’Ecole Phare dans le cadre d’ateliers de théâtre à partir de décembre 2007, date du premier atelier initié par Ariane Mnouchkine, ensuite relayée par des comédiens du Théâtre du Soleil, distribués dans le Sihanouk… d’origine (celui créé par le Théâtre du Soleil en 1984) : Maurice Durozier, Hélène Cinque et finalement Georges Bigot (qui interprétait le roi Sihanouk dans la mise en scène originale d’Ariane Mnouchkine) et Delphine Cottu (comédienne au Théâtre du Soleil depuis 1997). Le projet de re-création du Sihanouk… a mûri au cours de ces ateliers.

En 2010, après presque trois années d’échanges entre le Théâtre du Soleil et les élèves de l’École des Arts Phare Ponleu Selpak, une troupe de 29 jeunes artistes khmers (25 acteurs et 4 musiciens) s’est finalement constituée autour de la création du Sihanouk. Georges Bigot et Delphine Cottu, les metteurs en scène, ont commencé les répétitions avec la jeune troupe à l’été 2010, à partir d’une version réduite du texte d’Hélène Cixous, traduite du français au khmer par Ang Chouléan.

S’inspirant de leurs expériences respectives, Georges Bigot et Delphine Cottu ont proposé à la jeune troupe débutante un travail artistique fondé sur une recherche collective, à partir d’improvisations. Une vision démocratique et originaire du travail théâtral, où l’acteur est créateur. Essayant eux-mêmes tous les personnages, ils sont allés au plus proche de ce qu’auront à traverser les comédiens, afin de mieux pouvoir leur indiquer le chemin à suivre. Ils ont cherché à leur apprendre, avec les modestes moyens du théâtre alors à leur disposition, à donner, à voir et recevoir, à mettre leur force d’imagination au service de « visions » qui trouvent diversement leur origine dans l’enfance, les traditions rituelles ou artistiques, ou encore les souvenirs vécus ou relatés de la guerre et de la terreur. Un travail de réminiscence en quelque sorte.

À l’issue de cette session d’ateliers de deux mois (juillet et août 2010), une présentation publique du travail en cours sur la première Epoque de la pièce a eu lieu les 24 et 25 août 2010, devant les familles des artistes et les villageois de Battambang.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.