Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « L'Affaire de la rue Lourcine suivi de Les Guêpes de l'été nous piquent encore en novembre »

L'Affaire de la rue Lourcine suivi de Les Guêpes de l'été nous piquent encore en novembre

On en parle dans la presse et sur le web

Destimed.fr

Image de la critique de Destimed.fr

samedi 21 décembre 2019

On a vu à la Criée Viripaev et Labiche deux pièces sur la quête de (...)

Par Jean-Rémi Barland

C'est une pièce finalement grave que cette comédie « Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre » donnée à La Criée avec en deuxième partie « (...)...

Lire l'article sur Destimed.fr

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 21 novembre 2019

Frédéric Bélier-Garcia, la science des frictions

Par Guillaume Tion

Avec brio, le metteur en scène combine au même programme deux pièces sur le thème du soupçon. Celle de l’auteur russe contemporain Ivan Viripaev explore les limites de la paranoïa, tandis que le vaudeville de Labiche ironise sur une amnésie de beuverie....

Lire l'article sur Libération.fr

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

mercredi 20 novembre 2019

Le vaudeville à l'honneur à la Tempête par Frédéric Bélier-Garcia

Par David Rofé-Sarfati

Frédéric Bélier-Garcia a eu l’intuition de mettre en parallèle la pièce de Vitipaev Les Guêpes de l’été nous piquent encore en novembre et celle de …...

Lire l'article sur Toutelaculture

spectatif.com

Image de la critique de spectatif.com

jeudi 14 novembre 2019

L’absurde poussé jusqu’à l’angoisse

Par Frédéric Perez

Ces deux pièces qui s’enchaînent à la suite (les Guêpes puis l’Affaire) dévoilent l’une et l’autre les abus ravageurs de la rationalité limitée qui explose. Aux allures d’un vaudeville contemporain qui n’aboutit pas chez Viripaev puis du vaudeville traditionnel chez Labiche, le quiproquo reste la clé de voûte de ces deux théâtres (...). Un spectacle somptueusement drôle et intéressant. Un travail théâtral surprenant et captivant....

Lire l'article sur spectatif.com

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

jeudi 14 novembre 2019

Un curieux voyage spatio-temporel

Par Marie-Agnès Sevestre

Double soirée annoncée dès le titre, le spectacle-concept de Frédéric Bélier-Garcia laisse augurer d’un curieux voyage spatio-temporel entre le XIX ème et le XXI ème siècle… Le public entend le pratiquer avec appétit car les deux auteurs sont du genre à secouer les organismes tièdes. L’...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

mardi 12 novembre 2019

Viripaev et Labiche, ou l’art de la paranoïa

Par Vincent Bouquet

A la Tempête, Frédéric Bélier-Garcia combine Les guêpes de l’été nous piquent encore en novembre et L’Affaire de la rue de Lourcine, et confirme toute sa pertinence dans ce genre théâtral grinçant, adepte du pas de côté....

Lire l'article sur Sceneweb

Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

lundi 28 octobre 2019

Une mise en miroir réussie

Par Isabelle Stibbe

Frédéric Bélier-Garcia dirige finement ses acteurs dans deux pièces qui ont en commun l’enquête policière, le vaudeville et l’absurde. « Qui est venu passer l’après-midi du lundi avec Sarra ? » se demande son mari, Robert. Si c’était Markus, comme elle le prétend, pourquoi l’ami du couple, Donald, soutient que ledit Markus était chez lui ? Tel est le point de départ de la pièce d’Ivan Viripaev, qui signe une comédie aussi cocasse qu’absurde [...]...

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

lundi 02 septembre 2019

Un double puzzle

Par Manuel Piolat Soleymat

Deux enquêtes, deux faits divers, deux comédies loufoques : Frédéric Bélier-Garcia met en miroir L’Affaire de la rue de Lourcine d’Eugène Labiche et Les guêpes de l’été nous piquent encore en novembre d’Ivan Viripaev. Un diptyque tissé d’absurde et de cocasserie....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)