Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Couverture de Nous, les héros (version sans le père)

Nous, les héros (version sans le père)

de Jean-Luc Lagarce


Nous, les héros (version sans le père) :Les Personnages vus par l’auteur

La mère.
Elle joue à la scène également le rôle de l’épouse du père. Elle calcule la caisse après chaque représentation.
Elle essaie de sauver ce qui peut l’être encore de sa famille et de sa troupe. Elle sait que ce mariage qui se prépare n’est pas un bon mariage.

Le grand-père paternel.
Avant, il était le chef de troupe et son père avant lui encore. Il joue les pères nobles et attend la mort. Il voudrait renoncer aux hôtels et rentrer mais il ne se souvient même plus d’où il vient. N’a-t-il pas toujours vécu ainsi depuis qu’il était enfant ?

La fille aînée, Joséphine.
Elle épousera ce soir Raban mais elle n’ignore pas qu’il ne l’épouse pas que pour son talent et sa beauté. Elle veut s’imaginer à tout prix dans les rôles que jouait sa mère lorsqu’elle était jeune. Elle joue là encore un rôle secondaire.

Le fils, Karl.
Il veut partir. Il quittera la troupe, il s’enfuira en Amérique, il ira s’enivrer à Paris, n’importe où, porter des costumes neufs, cesser de jouer les messagers de tragédie et boire du champagne. Ils font comme ils veulent mais dès les fiançailles réglées, il renoncera à sa part.

La fille cadette, Eduardowa.
Elle est la plus jeune, la plus secrète, la plus silencieuse. Elle rêve, on ne sait pas. On l’oublie de temps en temps, elle joue les petits garçons, les enfants, elle fait trois petits tours de piste et on la laisse dans les coulisses sans trop s’occuper d’elle. Elle parle peu, elle les regarde. Elle danse sur une chanson triste.

Raban.
Il joue les héros, les nobles chevaliers. Il épousera Joséphine, il reprendra ce petit commerce de théâtre, il jouera plus tard, à n’en pas douter, les rôles que joue le père. Il s’accommode. Il est arrivé là un jour, il s’est associé à eux et il héritera de la troupe comme on hériterait d’une boutique. Il s’accommode, oui, mais il rêve encore, tout de même, sous ses airs cyniques et revenus de tout, il rêve encore d’aventures romanesques, enlever la belle Madame Tschissik à son mari, s’enfuir avec elle, planter là son tout petit destin, et gagner les capitales et leurs gloires.

Max.
Il est le meilleur ami de Raban. Ils arrivèrent ensemble dans la troupe et ensemble, ils y restèrent. Il regarde, il se moque, il semble ne jamais croire à rien, ne jamais s’impliquer dans aucune histoire, aucun combat. Il fait son travail. Il est libre, il pourrait partir s’il le voulait, il est acteur de complément, ce qu’il dit, mais toute cette liberté, cette absence de famille, cette solitude de ville en ville, sans savoir où jamais revenir, cette liberté de choix, tard dans la nuit, le rend plus drôle encore mais plus désespéré aussi.

Madame Tschissik.
Parce que la mère est devenue trop âgée pour ces rôles-là et parce que Joséphine ne saurait encore les tenir – le pourra-t-elle un jour ? – on engagea Madame Tschissik, reine, tragédienne et premier grand rôle féminin.
Pièce rapportée, bonne actrice et insupportable personne. Elle rêve bien souvent des rôles qu’elle n’a pas connus et rend bien souvent la vie impossible à tout le monde, les autres membres de la troupe, le personnel chargé de les accueillir et parfois encore le public inculte. Raban l’aime en secret, elle ne l’ignore pas. Ses bêtes noires sont les filles de la maison. On lui pardonne beaucoup, on supporte ses caprices de peur qu’elle ne parte.

Monsieur Tschissik.
Le mari. Acteur sans talent, il est le mari de sa femme et on ne saurait engager l’un sans l’autre. Il joue les utilités, les seconds couteaux, quelques traîtres et les employés de banque. A l’entendre, il connut la gloire et le succès sur toutes les scènes de la vieille Europe. Il a un répertoire d’histoires que lui seul veut croire drôles. Ce que dit sa femme, il le répète, mais de toutes les manières, il est de l’avis exact du dernier qui a parlé. On supporte sa vulgarité et sa fainéantise de peur que sa femme, là encore, ne parte.

Mademoiselle (l’intendante).
Elle se tait, on ne sait rien d’elle. Elle les aide à s’habiller, à changer de costumes, mais encore, après avoir rangé les costumes dans les malles, elle met la table, elle fait la cuisine, elle lave le linge et elle est bien souvent la seule à apaiser les disputes entre les enfants, à protéger Eduardowa des moqueries des autres, à rassurer Joséphine sur l’amour des garçons. Elle attend son heure, elle répète en silence, elle connaît des numéros secrets, elle pourrait remplacer au pied levé n’importe qui, ce qu’elle imagine.


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.