Bienvenue à mon striptease - Striptease - Cédric Orain, - mise en scène Cédric Orain, - theatre-contemporain.net
Accueil de « Striptease »

Striptease

+ d'infos sur le texte de Cédric Orain
mise en scène Cédric Orain

:Bienvenue à mon striptease

Je dis striptease et tu penses à cette fille de nuit en strass et silicone, cambrée sous les néons, cette fille qui court de nightclub en peepshow, tu sais, celui qu’est près de la gare.

Je dis striptease et tu vois l’effeuillage, les gants qui tombent, le boa, le portejarretelle, les bas résille, Rita Hayworth en noir et blanc talons aiguilles, Lily St Cyr Reine du glamour.

Je dis striptease et tu te rappelles Rita Renoir, tragédienne du strip, son corps sublime offert en scène, dans une petite salle de Montparnasse, qui alpague Monsieur tout le monde et lui gueule « déshabille- toi ! », après tout chacun son tour.

Je dis striptease et t’entends ces tubes rétros où les danseuses s’épluchent au rythme de numéros burlesques à paillettes, de la Rousse explosive à la Soubrette indiscrète, de la Mariée dans son bain à la Délinquante juvénile : strip-farfelu, strip-pervers ou strip-frivole, Bonita Super, Foufoune Darling ou Lili La Pudeur, il y en a pour tous les goûts.

Je dis striptease et t’es déjà sur internet à regarder ces filles toute seules dans leur garage, qui se déssapent en se caressant, qui se déhanchent sur leur barre de pôle dance, et qui sourient à leur webcam, avec tout ce désir même pas à vendre, pour rien, pour le plaisir.

Je dis striptease et c’est l’acteur qui vient sur scène, qui se fait violence, qui prend son pied, qui se livre avec fierté, qui s’expose tout en pudeur, et ses larmes à l’intérieur, et son corps qui dit tout, qui se fout à poil comme on dit, qui se compromet avec joie.

Bienvenue à mon striptease… ça me fout la trouille autant qu’à toi, ça m’excite trop pour pas y aller une fois pour toute une fois encore, jusqu’au bout jusqu’à la mort petite ou grande, jusqu’au corps nu. Et puis après ?

Céline Milliat-Baumgartner