Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Claire-Ingrid Cottanceau

France

Dernières critiques

Image de Qui a tué mon père

Le Nombril du Vicomte

vendredi 18 octobre 2019

Qui a tué mon père … peut-être le même qui a tué le théâtre ?

Par Olivier Dubos

Edouard Louis a cette qualité que ses écrits ne laissent pas indifférents. Après En finir avec Eddy Bellegueule et Histoire de la violence, sa seconde auto-fiction encore plus déroutante pour la cr…...

Lire l'article sur Le Nombril du Vicomte

Image de Qui a tué mon père

Le Vent Se Lève

vendredi 03 mai 2019

Édouard Louis : « Toutes les grandes littératures ont été des littératures de la réalité »

Par Marion Beauvalet et Pierre Migozzi

À l’occasion de la mise en scène au Théâtre de la Colline de son texte « Qui a tué mon père ? » Le Vent Se Lève a rencontré Édouard Louis. Éminemment politique, son œuvre possède une acuité particulière à l’heure des gilets jaunes. Aussi, cet entretien a été l’occasion de revenir sur le rapport entre les dominants et les dominés, le champ politique et ce que sa littérature comporte d’engagé. Entretien réalisé par Marion Beauvalet et Pierre Migozz...

Lire l'article sur Le Vent Se Lève

Image de Qui a tué mon père

Les Inrocks

vendredi 19 avril 2019

Les corps sacrifiés de “Qui a tué mon père”

Par Patrick Sourd

Pas d’interrogation dans le monologue intime et bouleversant d'Edouard Louis, mais la certitude d’une classe sociale brisée et une colère sourde, brillamment mise en jeu par Stanislas Nordey....

Lire l'article sur Les Inrocks

Image de Je suis Fassbinder

lefigaro.fr

jeudi 18 avril 2019

Je suis Fassbinder  : un théâtre qui joue de la sensibilité et de l’intelligence de chacun 

Par Armelle Héliot

Ce fut un geste politique autant qu’artistique: le premier spectacle que Stanislas Nordey mit en scène, alors qu’il prenait la direction du Théâtre national de Strasbourg, fut Je suis Fassbinder. Un texte dont il cosignait la mise en scène avec l’auteur allemand Falk Richter et dont il jouait l’un des personnages. C’était une façon, près du Rhin, de marquer ce pont que peut être le TNS entre la France et...

Lire l'article sur lefigaro.fr

Image de Je suis Fassbinder

Le Bruit du off tribune

jeudi 18 avril 2019

« Je suis Fassbinder », dialogue entre le politique et l'intime

Par Anouk Luthier

Le spectacle ouvre sur un dialogue entre Rainer Werner Fassbinder et sa mère, incarnés par Stanislas Nordey et Laurent Sauvage filmés en live par les deux autres comédiens, en référence à la scène que le réalisateur avait filmée dans L’Allemagne en Automne. Entre fumées de cigarettes et vapeurs d’alcool, les deux comédiens/personnages débattent sur l’actualité

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

Image de Je suis Fassbinder

critiquetheatreclau.com

dimanche 07 avril 2019

Tout commence par la peur des migrants, de l’inconnu...

Par Arrazat Claudine

Une femme apparaît la clope au bec, c’est la mère de Fassbinder/Laurent Sauvage face à son fils Stanislas Nordey. Une discussion endiablée s’instaure entre eux et nous voici embarquée dans cette création théâtrale pleine de vérités dont nous sommes peu fiers et qui nous font frémir. Tout commence par la peur des migrants, de l’inconnu...

Lire l'article sur critiquetheatreclau.com

Image de Qui a tué mon père

Mon Tétras-Lyre

mercredi 03 avril 2019

Louis/Nordey, un choc émotionnel !

Par Bernard Thinat

Après « En finir avec Eddy Bellegueule » publié en 2014, et « Histoire de la violence » en 2016, son troisième roman écrit en 2018, « Qui a tué mon père ? », conte les relations tumultueuses entre lui, Edouard Louis, et son père, aujourd’hui cloué sur une chaise. Le Directeur du Théâtre National de Strasbourg, Stanislas Nordey, vient de s’emparer du roman, et nous le restitue magistralement sur la scène du Théâtre de la Colline....

Lire l'article sur Mon Tétras-Lyre

Image de Qui a tué mon père

Le Bruit du off tribune

lundi 01 avril 2019

« Qui a tué mon père ? », face à la violence symbolique

Par Anouk Luthier

Qui a tué mon père relate le retour d’Edouard Louis chez son père après plusieurs années d’absence. Ce qu’il voit en face de lui est un corps en souffrance, détruit par la violence sociale. Stanislas Nordey se met dans la peau d’Edouard Louis pour nous offrir une interprétation puissante. En partant d’un récit très intime, la pièce se déploie avec force pour relier le particulier à l’universel.

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

Image de Qui a tué mon père

Club de Mediapart

jeudi 28 mars 2019

Stanislas Nordey, un acteur textocentrique

Par Jean-Pierre Thibaudat

Au Théâtre national de la Colline, Stanislas Nordey, seul dans l’immensité de la grande scène, crée « Qui a tué mon père » d’Edouard Louis, un texte qu’il a suscité, dont il aura été le premier lecteur et qu’il nous transmet avec une énergie démoniaque....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Image de Je suis Fassbinder

Journal La Terrasse.fr

mercredi 27 mars 2019

La liberté de dire et de faire

Par Agnès Santi

Matériau Fassbinder, 2016 : Stanislas Nordey et Falk Richter interrogent leur désarroi face à notre époque et utilisent à plein régime leur lib (...)

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr