Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Claire-Ingrid Cottanceau

France

Dernières critiques

Image de Je suis Fassbinder

critiquetheatreclau.com

dimanche 07 avril 2019

Tout commence par la peur des migrants, de l’inconnu...

Par Arrazat Claudine

Une femme apparaît la clope au bec, c’est la mère de Fassbinder/Laurent Sauvage face à son fils Stanislas Nordey. Une discussion endiablée s’instaure entre eux et nous voici embarquée dans cette création théâtrale pleine de vérités dont nous sommes peu fiers et qui nous font frémir. Tout commence par la peur des migrants, de l’inconnu...

Lire l'article sur critiquetheatreclau.com

Image de Qui a tué mon père

Mon Tétras-Lyre

mercredi 03 avril 2019

Louis/Nordey, un choc émotionnel !

Par Bernard Thinat

Après « En finir avec Eddy Bellegueule » publié en 2014, et « Histoire de la violence » en 2016, son troisième roman écrit en 2018, « Qui a tué mon père ? », conte les relations tumultueuses entre lui, Edouard Louis, et son père, aujourd’hui cloué sur une chaise. Le Directeur du Théâtre National de Strasbourg, Stanislas Nordey, vient de s’emparer du roman, et nous le restitue magistralement sur la scène du Théâtre de la Colline....

Lire l'article sur Mon Tétras-Lyre

Image de Qui a tué mon père

Le Bruit du off tribune

lundi 01 avril 2019

« Qui a tué mon père ? », face à la violence symbolique

Par Anouk Luthier

Qui a tué mon père relate le retour d’Edouard Louis chez son père après plusieurs années d’absence. Ce qu’il voit en face de lui est un corps en souffrance, détruit par la violence sociale. Stanislas Nordey se met dans la peau d’Edouard Louis pour nous offrir une interprétation puissante. En partant d’un récit très intime, la pièce se déploie avec force pour relier le particulier à l’universel.

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

Image de Qui a tué mon père

Club de Mediapart

jeudi 28 mars 2019

Stanislas Nordey, un acteur textocentrique

Par Jean-Pierre Thibaudat

Au Théâtre national de la Colline, Stanislas Nordey, seul dans l’immensité de la grande scène, crée « Qui a tué mon père » d’Edouard Louis, un texte qu’il a suscité, dont il aura été le premier lecteur et qu’il nous transmet avec une énergie démoniaque....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Image de Je suis Fassbinder

Journal La Terrasse.fr

mercredi 27 mars 2019

La liberté de dire et de faire

Par Agnès Santi

Matériau Fassbinder, 2016 : Stanislas Nordey et Falk Richter interrogent leur désarroi face à notre époque et utilisent à plein régime leur lib (...)

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Image de Qui a tué mon père

Télérama.fr

mercredi 27 mars 2019

“Qui a tué mon père” : la rage d’Edouard Louis restituée avec grâce par Stanislas Nordey

Par Fabienne Pascaud

Au Théâtre national de la Colline, le comédien et metteur en scène est admirable dans l’adaptation du texte bouleversant de l’auteur d’“En finir avec Eddy Bellegueule”. ...

Lire l'article sur Télérama.fr

Image de Qui a tué mon père

RFI

mercredi 27 mars 2019

Invité Culture - Stanislas Nordey interprète «Qui a tué mon père»

Par Muriel Maalouf

« Qui a tué mon père » est le premier texte d'Edouard Louis pour le théâtre. Ce transfuge de classe qui a quitté sa famille ouvrière à cause de son homosexualité et qui est devenu écrivain à Paris raconte son retour chez lui. C'est le choc, il retrouve un père vieilli avant l'âge : à 50 ans, il a besoin d'une machine pour respirer....

Lire l'article sur RFI

Image de Qui a tué mon père

Toutelaculture

vendredi 22 mars 2019

Edouard Louis et Stanislas Nordey ressuscitent le père

Par Christophe Candoni

A la Colline, Stanislas Nordey porte avec panache et forte conviction les mots accusateurs du roman biographique et pamphlétaire d’Edouard Louis, Qui a tué mon père. …...

Lire l'article sur Toutelaculture

Image de Qui a tué mon père

Maze Magazine

jeudi 21 mars 2019

« Qui a tué mon père », théâtre très politique

Par Chloë Braz-Vieira

Stanislas Nordey signe une mise en scène émouvante du du pamphlet politique et intime d’Edouard Louis. En 2014, Edouard Louis publiait En finir avec Eddy Bellegueule, un récit dans lequel il racontait, sur le modèle du Retour à Reims de Didier Eribon, son enfance difficile d’enfant queer  dans un milieu défavorisé. Son père y apparaissait…...

Lire l'article sur Maze Magazine

Image de Qui a tué mon père

Revue Etudes

mercredi 20 mars 2019

L'amour interdit

Par Yvon Le Scanff

De retour au père, le fils découvre un drôle d’amour, au détour de petits riens : l’éloge et la défense du fils par le père face aux policiers, le film de filles (Titanic) offert dans un coffret de luxe, le rire d’enfant du père devant la grimace, le baiser sur la joue... Le fils découvre surtout que cet amour qui n’a pu se manifester que par effraction, par transgression, est littéralement interdit. Et le texte est là pour le dire....

Lire l'article sur Revue Etudes