Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

La Terre se révolte :Note d'intention par Omar Youssef Souleimane

J’ai rencontré Sara LIorcaen 2016. L’idée était de créer une pièce de théâtre sur l’exil mais rien n’était clair dans ma tête. Je n’ai jamais fait de théâtre. Sara a proposé qu’on travaille à partir de mon recueil de poésie Loin de Damas(ed. Le Temps des Cerises) pour trouver là une inspiration commune. Des mois de discussions et d’essais ont passé avant que Guillaume Clayssen nous rejoigne. Il a proposé qu’on se recentre sur mon histoire.
Dans la même période, mon livre Le Petit terroriste (ed. Flammarion) sortait en librairie, celui où je raconte comment je suis sorti de la Syrie, comment s'est passée mon adolescence en Arabie Saoudite. Nous avons alors décidé de partir de ce récit, d'en proposer une libre adaptation.

Mais la rencontre entre Sara et moi a allumé une partie oubliée de mon enfance ; les longs dialogues avec elle on fait resurgir de lointains et profonds souvenirs. Je me suis interrogé sur l’histoire arabe. J’étais fasciné. Pendant la construction de cette pièce, Guillaume nous guidait vers l’élargissement de cette complicité entre Sara et moi. Sara a du sang espagnol en elle. Il y a une histoire partagée entre nous: celle de l'Andalousie du Moyen-Âge, les arabes y ont vécu pendant des siècles. J’étais flatté de ce voyage au gré de nos rencontres au café, dans un bureau parisien, au théâtre, chez elle ou chez moi. Les échanges avec ces deux personnes m’ont inspiré: Sara et son style pour mettre en scène et pour écrire des dialogues, Guillaume et ses idées philosophiques riches, son esprit critique. Je me suis trouvé dans un monde nouveau, magnifique: le théâtre.

La pièce que nous accueillons aujourd'hui ne met plus seulement en jeu mon histoire personnelle mais la nôtre, au sens large!Je voudrais que cette pièce offre quelque chose:Qu’importe d’où nous venons,nos façons étranges d’exprimer les idées ,il y a toujours une autre réponse que la violence sur la terre. Je connais bien la contradiction, je l'ai souffert à l'intérieur de moi. Je peux témoigner que pendant la guerre, on a aussi vécu des instants de joie, j'ai appris l’humour. La vie m'a sauvé du malheur. L’histoire partagée entre nous tous dans le monde donne des clés qui ouvre sur un avenir de paix.


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.