Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Seul ce qui brûle »

On en parle dans la presse et sur le web

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

samedi 02 janvier 2021

20 têtes d'affiche pour une rentrée 2021 rêvée

Par Stéphane Capron

Toute l’équipe de sceneweb vous présente ses meilleurs vœux pour cette année 2021, qui débute avec toutes les incertitudes sur la date de la reprise. Malgré cela nous ne dérogeons pas à la règle de vous présenter 20 têtes d’affiche qui feront l’actualité Des visages connus, d’autres sont de nouveaux venus dans le monde du spectacle vivant, une diversité à l’image de ce que nous défendons depuis désormais plus de 10 ans....

Lire l'article sur Sceneweb

Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

mercredi 16 décembre 2020

Une proposition théâtrale de toute beauté

Par Agnès Santi

Adaptée du roman éponyme de Christiane Singer, Julie Delille et sa compagnie Le Théâtre des trois Parques façonnent une proposition théâtrale de toute beauté, dont l’intensité dramatique impressionne....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Cultures SNES-FSU

Image de la critique de Cultures SNES-FSU

lundi 07 décembre 2020

Une histoire d’amour fou mortifère, d’où pourtant les amants pourront renaître.

Par Micheline Rousselet

La beauté du texte, disant cette expérience quasi-mystique d’amour fou qui mène du feu à la mort et dont seule la libération peut conduire à nouveau vers la vie nous perce le cœur. La mise en scène de Julie Delille joue avec une précision diabolique du contraste ombre et lumière, parole et silence pour envoûter le spectateur qui plonge avec effroi et délice dans cette histoire....

Lire l'article sur Cultures SNES-FSU

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 06 décembre 2020

Le royaume incandescent Julie Delille

Par Anaïs Heluin

Avec Seul ce qui brûle, adaptation du roman éponyme de Christiane Singer, Julie Delille nous plonge dans les affres d’une passion extrême, où l’homme se confond avec l’animal. Sombre, lent, traversé par une parole précise et élégante, ce théâtre se place hors de l’époque pour en dire l’étrange et la violence. « La philosophie d’aujourd’hui veut ...

Lire l'article sur Sceneweb

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

dimanche 06 décembre 2020

Seul ce qui brûle : le royaume incandescent de Julie Delille

Par Anaïs Heluin

Avec Seul ce qui brûle, adaptation du roman éponyme de Christiane Singer, Julie Delille nous plonge dans les affres d’une passion extrême, où l’homme se confond avec l’animal. Sombre, lent, traversé par une parole précise et élégante, ce théâtre se place hors de l’époque pour en dire l’étrange et la violence....

Lire l'article sur Sceneweb

L'Œil d'Olivier

Image de la critique de L'Œil d'Olivier

dimanche 06 décembre 2020

Julie Delille dissèque les passions dévorantes à Orléans

Par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore

Julie Delille, lauréate du festival Impatience 2018, cisèle sa dernière création, Seul ce qui brûle de Christiane Singer, une adaptation d’une des nouvelles de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre. Au plus près du concept des sentiments, la jeune metteuse en scène livre une œuvre dense, aride autant qu’intense....

Lire l'article sur L'Œil d'Olivier

Revue Frictions Théâtres | Écritures

Image de la critique de Revue Frictions Théâtres | Écritures

dimanche 06 décembre 2020

Magie théâtrale

Par Jean-Pierre Han

À l’exact opposé des productions courantes dont le bruit et la fureur liés à leur inintérêt, font se pâmer d’aise le petit monde du théâtre, Julie Delille poursuit son travail, brusquement éclos avec Je suis la bête, et nous plonge à nouveau avec Seul ce qui brûle, dans les méandres et les soubassements de la conscience. Il y a là, l’affirmation d’un univers singulier lié à une pensée forte qui s’exprime dans ce qu’il faut qualifier de style....

Lire l'article sur Revue Frictions Théâtres | Écritures

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

jeudi 08 octobre 2020

Julie Delille: ce fut comme une apparition

Par Jean-Pierre Thibaudat

Après l’extraordinaire « Je suis la bête », Julie Delille signe « Seul ce qui brûle » adapté du roman incandescent au titre éponyme de Christiane Singer. Un théâtre magnifiquement à contre-courant : lent, sombre, envoûtant, hors temps, creusant ce lit du théâtre qu’est l’apparition d’un être face à un autre qui le fascine....

Lire l'article sur Club de Mediapart

leberry.fr

Image de la critique de leberry.fr

mercredi 07 octobre 2020

Seul ce qui brûle : un amour incandescent

Par Martine Pesez

Pas à pas, portée par cette voix sourde, contenue, qui se brise parfois et parfois disparaît, l'histoire se dévoile. Une histoire d'amour belle et cruelle. Une histoire commencée dans la joie, l'insouciance, les élans du coeur et du corps, et puis plongée dans l'enfer du doute, de la colère, de la vengeance et du châtiment. Tout concourt à faire vibrer le texte de Christiane Singer, pour qu'il atteigne les coeurs, les âmes....

Lire l'article sur leberry.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)