theatre-contemporain.net

On en parle dans la presse et sur le web

L'Alchimie du Verbe

Image de la critique de L'Alchimie du Verbe

jeudi 14 décembre 2017

Un voyage visuel qui renvoie à l'enfance

Par Louise Rulh

Ce voyage permet donc à la fois de voyager dans un monde enfantin et merveilleux, avec une puissance créatrice sans limite qui ouvre les portes d’une illusion largement poétique ; sans pour autant oublier la portée philosophique et ontologique du texte. La mise en scène traduit ainsi sans les trahir les grands axes de l’oeuvre de Jules Verne, charmant un public de tout âge....

Lire l'article sur L'Alchimie du Verbe

ThéâToile

Image de la critique de ThéâToile

mercredi 25 janvier 2017

20 000 lieues sous les mers : merveilleux voyage maritime

Par Sonia Bos-Jucquin

Le spectacle a fait fureur la saison dernière à la Comédie-Française en rencontrant un succès immédiat, salué unanimement par la critique. Sans surprise, 20 000 lieues sous les mers revient au Vieux-Colombier et affiche déjà complet sur toutes les dates....

Lire l'article sur ThéâToile

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 29 octobre 2015

Poissons qu'on prise

Par Philippe Lançon

Comment représenter le Nautilus et ce qu’on voit comme en rêve par les hublots, ces «deux ouvertures oblongues» où apparaissent «les masses liquides vivement éclairées par les effluences électriques» ? Comment faire vivre sur scène cette «armée aquatique» qui l’accompagne et le sculpte, «le labre vert, le mulle barberin, marqué d’une double raie noire, le gobie éléotre, à caudale arrondie, blanc de couleur et tacheté de violet sur le dos, le...

Lire l'article sur Libération.fr

Image de la critique de Sceneweb

mardi 06 octobre 2015

Christian Hecq fait entrer les marionnettes au Français

Par Stéphane Capron

Une fantasmagorie débute la saison au Vieux-Colombier. Christian Hecq adapte 320 000 lieues sous les mers3 de Jules Verne pour ses collègues de la Comédie-Française qui se font également manipulateurs de marionnettes. Une rêverie aquatique....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de la critique de theatreactu

dimanche 04 octobre 2015

Le bal des abysses

Par Ondine Bérenger

Nous sommes en 1867. Un soi-disant monstre marin a fait sombrer la frégate américaine Abraham Lincoln, venue le combattre. Le harponneur Ned Land, le professeur Aronnax et son serviteur Conseil ont été précipités à l’eau, et les voilà, se réveillant à l’intérieur du monstre métallique qu’est le sous-marin Nautilus, dirigé par le capitaine Nemo à travers les mers du globe. Ils sont condamnés à rester prisonniers toute leur vie de ce navire et de cet homme étrange et misanthrope qui a fui le monde des hommes.

Lire l'article sur theatreactu

Image de la critique de LeJDD.fr

vendredi 02 octobre 2015

L’attaque du poulpe géant

Par Annie Chénieux

Cela faisait longtemps que Christian Hecq, qui a rejoint la troupe de la Comédie Française en 2008 (où il a été un étonnant Bouzin dans Un fil à la patte) voulait renouer avec la pratique de la manipulation acquise lors de ses spectacles avec Philippe Genty. L’occasion lui a été offerte par Eric Ruf qui, en souhaitant faire entrer l’art de la marionnette à la Comédie-Française, lui a proposé cette aventure, dans le sillage de Jules Verne et...

Lire l'article sur LeJDD.fr

Toute la culture

Image de la critique de Toute la culture

jeudi 01 octobre 2015

Molière en scaphandre

Par David Rofé-Sarfati

Avec l’adaptation du roman de Jules Verne, Christian Hecq et Valérie Lesort nous embarquent à bord du légendaire Nautilus, pour une surprenante pièce plaisir qui marque déjà l’histoire de la création théâtrale....

Lire l'article sur Toute la culture

Image de la critique de lesechos.fr

mercredi 30 septembre 2015

Poulpe fiction à la Comédie-Française

Par Philippe Chevilley

Une adaptation poétique et virtuose de « 20.000 lieues sous les mers », où les comédiens-français, Christian Hecq en tête, manipulent des marionnettes-poissons et autres monstres marins. Embarquement immédiat pour le Vieux-Colombier transformé en Nautilus......

Lire l'article sur lesechos.fr