Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Letzlove, portrait(s) Foucault »

On en parle dans la presse et sur le web

Télérama Sortir

Image de la critique de Télérama Sortir

mercredi 04 janvier 2017

Un document joyeux et particulièrement intéressant

Par Sylviane Bernard-Gresh.

Le livre de Thierry Voeltzel est né de sa rencontre avec Michel Foucault, un jour où il faisait du stop. Il avait 20 ans. Leur conversation d'alors s'est prolongée par des entretiens. Ceux-ci fournissent la matière de l'ouvrage. Sur scène, le « garçon de 20 ans » répond à une voix. On comprend qu'il s'agit de celle du philosophe. Avec une curiosité gourmande, celui-ci veut comprendre ce que signifie avoir 20 ans en 1975....

Lire l'article sur Télérama Sortir

mouvement.net

Image de la critique de mouvement.net

mardi 01 décembre 2015

Une rencontre comme une évidence

Par Milena Forest

Portrait Foucault met en scène, avec la force de la simplicité, la question qui habite Michel Foucault lorsqu’il rencontre Thierry Voeltzel en 1975, au hasard d’un bord de route, alors que le jeune auto-stoppeur affiche une pancarte indiquant Caen : Qu’est-ce c’est, avoir vingt ans, aujourd’hui, au milieu des années 1970 ?...

Lire l'article sur mouvement.net

Froggy's delight

Image de la critique de Froggy's delight

mercredi 18 novembre 2015

L'exploration d'un vécu subjectif.

Par MM

En 1975, un jeune homme de 20 ans est pris en stop par un homme à la cinquantaine dépassée. Thierry Voeltzel est homosexuel et ex-militant maoïste, le conducteur est Michel Foucault, homosexuel et professeur d'histoire des systèmes de pensée au Collège de France....

Lire l'article sur Froggy's delight

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

lundi 19 octobre 2015

Portrait Foucault, à partir de Vingt ans et après

Par Mireille Davidovici

« Je venais d’avoir vingt ans. A la porte de Saint-Cloud, je marchai vers l’autoroute (…) et levai mon pouce au-dessus d’une pancarte où j’avais écrit en grosses lettres : CAEN. » Été 1975. Le conducteur, qui s’arrête pour prendre l’auto-stoppeur, a une allure inhabituelle : chauve, avec des lunettes cerclées d’acier, il a une élégance décontractée et une curiosité constante pour les propos du garçon....

Lire l'article sur Théâtre du blog

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)