Accueil de « Only Connect »

Only Connect

+ d'infos sur le texte de Mitch Hooper
mise en scène Mitch Hooper

On en parle dans la presse et sur le web

Webthea.com

Image de la critique de Webthea.com

mardi 23 avril 2013

L’amour – et la solitude - au temps d’internet

Par Gilles Costaz

Mitch Hooper saisit des malaises plus profonds, qui tiennent de l’irresponsabilité, de la difficulté à être adulte, d’un désarroi face à une société qui célèbre l’amour et génère l’individualisme. C’est donc passionnant....

Lire l'article sur Webthea.com

Image de la critique de Premiere.fr

mercredi 10 avril 2013

C'est toujours mieux que par écran interposé...

Par Dimitri Denorme

Toutes les critiques du spectacle Only connect, par Pariscope et la presse spécialisée. A lire aussi : avis des spectateurs, vidéos et interviews des comédiens....

Lire l'article sur Premiere.fr

Image de la critique de Psychologie.com

vendredi 05 avril 2013

"Only Connect" : six personnages en quête d’amour

Par Cécile Guéret

"(...)la pièce tourne aussi autour du thème de la connexion, des technologies qui nous isolent en même temps qu’elles nous relient. Un spectacle à la fois drôle, émouvant, pertinent et percutant, porté par d’excellents acteurs (...)"...

Lire l'article sur Psychologie.com

Image de la critique de Reg'Arts

samedi 30 mars 2013

une écriture brillante et ciselée

Par Nicole Bourbon

" (...) Mitch Hooper, d'une écriture brillante et ciselée qui suscite souvent le rire par des répliques incisives, nous promène dans l'univers de six personnages qui courent désespérément après l'amour dans une ronde « qui ne tourne pas rond » comme il la définit lui-même. (...) "...

Lire l'article sur Reg'Arts

Image de la critique de Froggy's Delight

lundi 25 mars 2013

Only connect - Vingtième Théâtre

Par Martine Piazzon

" (...) En effet, à l'instar de la femme-bondage maintenue en suspension par les fils de la connectivité contemporaine retenue comme visuel pour l'affiche du spectacle, les quadras de Mitch Hooper sont en apesanteur au dessus du gouffre de leur solitude, piégés par le désenchantement bilantiel du mi-temps de leur vie, saisis par le vide existentiel (...)"...

Lire l'article sur Froggy's Delight