Accueil de « Ogres »

Ogres

+ d'infos sur le texte de Yann Verburgh
mise en scène Eugen Jebeleanu

On en parle dans la presse et sur le web

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

samedi 07 octobre 2017

Vaccin contre l'intolérance

Par Julien Avril

« Love is a losing game », disait dans sa chanson l’icône pop Amy Winehouse. C’est sur cette affirmation que s’ouvre « Ogres », pièce uppercut de Yann Verburgh, comme le constat d’une malédiction qui pèse sur la communauté homosexuelle pour qui l’amour est un jeu qui se joue à perte. Mais comme toujours au théâtre, la malédiction est là pour être conjurée......

Lire l'article sur I/O Gazette

3615malm.com

Image de la critique de 3615malm.com

samedi 07 octobre 2017

Des ogres et des proies

Par MALM

On peut dire que le travail de documentation qui a précédé et accompagné l’écriture d’Ogres, (plus de 300 témoignages de violences homophobes, collectés dans le monde entier par l’auteur) marque le spectacle du sceau de la réalité. La fiction s’insère naturellement et se tisse dans ce spectacle « dit de » théâtre documenté......

Lire l'article sur 3615malm.com

Hier au théâtre

Image de la critique de Hier au théâtre

mercredi 04 octobre 2017

Ogres met K.O l’homophobie

Par Thomas Ngohong

Il est de ces spectacles coup de poing qui vous flanquent un uppercut dans le ventre en sortant de la salle. Ogres vous retourne effectivement les tripes. Yann Verburgh exacerbe la violence presque insoutenable d’exactions homophobes survenues aux quatre coins du globe. Sans aucun pathos, Eugen Jebeleanu met en scène cette parole et ces gestes qui broient à force de se banaliser avec une distance paradoxalement très proche de nous......

Lire l'article sur Hier au théâtre

Inferno

Image de la critique de Inferno

lundi 02 octobre 2017

La Chronique dessinée

Par Camilla Pizzichillo

Une traversée dans la haine qui finit en cri d'amour

Lire l'article sur Inferno

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

mardi 26 septembre 2017

120 nuances d’homophobie

Par Vincent Bouquet

Au Théâtre Ouvert, la Compagnie des Ogres plonge dans le ventre de la bête homophobe. Doté d’une belle dimension artistique, leur spectacle est une des pépites inattendues de cette rentrée théâtrale....

Lire l'article sur Sceneweb

Comme il vous plaira

Image de la critique de Comme il vous plaira

mardi 26 septembre 2017

Une plongée au coeur de l’homophobie

Par Judith Policar

Un spectacle qui propose une plongée au coeur de l’homophobie à travers le monde. Un petit bijoux...

Lire l'article sur Comme il vous plaira

MidiLibre.fr

Image de la critique de MidiLibre.fr

mercredi 22 mars 2017

Lunel : l'homophobie pointée du doigt sur la scène de Brassens

Par Rédaction

Les Associations de théâtre populaire (ATP) reçoivent jeudi 23 mars la compagnie des Ogres de Meudon. Choisi parmi une soixantaine de projets, celui-ci a su interpeller le jury, comme l'explique la présidente des ATP de Lunel, Anne Taraud : "C'était la plus convaincante, un texte bouleversant, une mise en scène originale… Et nous avons surtout été impressionnés par le courage qu'il faut pour porter ce message"....

Lire l'article sur MidiLibre.fr

Sud Ouest

Image de la critique de Sud Ouest

samedi 18 février 2017

« Du théâtre engagé contre l’homophobie à l’Atrium »

Par Alexia Chartral

Homophobie, rejet de l’homosexualité et hostilité à l’égard des homosexuels. Ce sujet, tabou dans nombre de pays, est abordé dans la pièce « Ogres ». Cette création théâtrale originale est née grâce à la Fédération d’associations de théâtre populaire (FATP). Ce collectif dont l’association locale des Amis du théâtre fait partie intégrante, se charge de sélectionner des textes jamais joués. En lice trois travaux. Celui de Yann Verburgh a suscité bien des débats.

Lire l'article sur Sud Ouest

Mon Tétras-Lyre

Image de la critique de Mon Tétras-Lyre

jeudi 09 février 2017

Plongée au coeur de l'homophobie

Par Bernard Thinat

Traiter de l’homosexualité, et son corollaire l’homophobie, au théâtre, est un exercice toujours délicat, parfois périlleux, et plutôt rare, dans la mesure où le spectacle vivant exacerbe sur scène les rapports humains. Au cinéma, la distanciation entre acteurs et public rend la tâche plus aisée....

Lire l'article sur Mon Tétras-Lyre