Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Novecento »

On en parle dans la presse et sur le web

L.D.S Magazine

Image de la critique de L.D.S Magazine

mardi 16 janvier 2018

Un incroyable destin

Par Anne Contet

Abandonné dans la salle de banquet d’un paquebot de croisière, un bébé est recueilli puis élevé par un machiniste de l’équipage. On est en 1920. L’enfant, baptisé Novecento, ne posera jamais les pieds sur la terre ferme. Ses doigts en revanche se poseront inlassablement sur les 88 touches d’un piano qui deviendront son seul horizon.

Lire l'article sur L.D.S Magazine

Image de la critique de danslateteduspectateur.fr

vendredi 27 février 2015

Embarquement pour un récit jazzy

Par Julie Madon

Novecento, c’est le portrait d’un pianiste né sur un bateau et jamais descendu. C’est l’histoire à la première personne, semblable à une nouvelle de Zweig, d’un artiste incapable d’affronter le trop-plein du monde. Ce texte écrit par Alessandro Baricco en 1994, André Dussolier espérait le jouer depuis qu’il l’avait lu. Le comédien s’accompagne d’une poignée de musiciens pour nous y emporter au rythme des remous....

Lire l'article sur danslateteduspectateur.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 22 décembre 2014

André Dussollier, 88 nuances d’acteur

Par Fabienne Darge

C’est comme un jeu de piste. André Dussollier a d’abord donné rendez-vous dans un hôtel qui ressemblait tellement à un cottage anglais filmé par Alain Resnais que l’on s’est demandé si c’était là un effet de son humour et de sa fantaisie, ou juste un goût décidément bien ancré pour les univers cosy et légèrement décalés. Puis il a changé. Ce fut L’Hôtel, tout court, rue des Beaux-Arts. Numéro 13. Oscar Wilde y est mort, en 1900. Jorge Luis Borges...

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de la critique de Lacroix

lundi 01 décembre 2014

André Dussollier embarque dans « Novecento »

Par Corinne Renou-Nativel

Une histoire captivanteOn l’avait trouvé dans une boîte en carton posée sur le piano de la salle de bal. Des migrants, partant vers l’Amérique, avaient peut-être laissé là leur bébé avec l’espoir que des riches l’adopteraient et lui feraient la vie heureuse qu’ils n’étaient pas assurés de trouver dans le Nouveau Monde. Sur le carton était inscrit « T.D. Limoni ».Danny Boodmann, un géant noir de Philadelphie, lut dans...

Lire l'article sur Lacroix

Image de la critique de liberation.fr

dimanche 30 novembre 2014

«Novecento», croisière en première classe

Par Philippe Lançon

«Nous, on jouait de la musique, lui, c’était autre chose. Il jouait… quelque chose qui n’existait pas avant que lui ne se mette à jouer, OK ?» Lui, c’est Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento. Abandonné sur l’eau comme Moïse, trouvé par un marin dans la salle de bal de première du paquebot Virginian en 1900, d’où son nom. Il n’en descendra plus jusqu’à sa destruction. Silencieux, aussi résistant que Bartleby, il devient le génie du lieu et du...

Lire l'article sur liberation.fr

Image de la critique de Le Point.fr

samedi 29 novembre 2014

Dussollier fait swinguer Baricco

Par Gilles Costaz

Le gros roman d'Alessandro Baricco se résume en quelques lignes. C'est l'histoire d'un pianiste qui ne veut pas quitter le bateau, le Virginian, où il joue sur son clavier presque à tout moment, le matin, le soir, la nuit, des années durant. Abandonné par ses parents, il est né sur le navire qui va de l'Europe à l'Amérique, et de l'Amérique à l'Europe. L'action se passant dans les années 20 et 30, Novecento, qui a un nom anglo-italien...

Lire l'article sur Le Point.fr

Image de la critique de resmusica.com

mardi 25 novembre 2014

Novecento, pianiste infiniment libre dans l'€™espace de 88 touches

Par Victoria Okada

Novecento, bébé trouvé dans une boîte en carton sur le piano dans la salle de bal d’un paquebot transatlantique, est dans les années 1920 un jeune pianiste qui n’a jamais mis pied sur la terre ferme. L’histoire de ce musicien singulier est racontée par un autre personnage, le trompettiste de l’Atlantic Jazz Band, engagé sur le même bateau pour animer les soirées à bord....

Lire l'article sur resmusica.com

Image de la critique de leparisien.fr

dimanche 23 novembre 2014

Dussollier, quel virtuose !

Par Thierry Dague

Pas une note en trop, pas un mot qui sonne faux. La performance d'André Dussollier dans le monologue « Novecento », au Théâtre du Rond-Point, confirme à quel point l'acteur de 68 ans est un virtuose. Accompagné d'un quatuor de jazz, il nous embarque dans les années 1920, sur un paquebot transatlantique, à la rencontre...

Lire l'article sur leparisien.fr

Image de la critique de lexpress.fr

samedi 22 novembre 2014

La voix royale d'André Dussollier

Par Christophe Barbier

Le cinéma l'a comblé, mais jamais il n'a oublié les planches. Au Théâtre du Rond-Point, entouré de musiciens, André Dussollier raconte le destin du héros de Novecento, pianiste virtuose imaginé par Alessandro Baricco. Confidences mezza voce....

Lire l'article sur lexpress.fr

Image de la critique de Théâtre du blog

vendredi 21 novembre 2014

« Le premier à voir l’Amérique, sur chaque bateau, il y en a eu un ! »

Par Elisabeth Naud

novecento-bonlieu-21-2« Le premier à voir l’Amérique, sur chaque bateau, il y en a eu un ! », lance au public, au début du spectacle, le trompettiste et narrateur de ce récit maritime et théâtral. Mais celui qui a embarqué à bord du Virginia , reste unique en son genre ! Abandonné tout bébé par ses parents pauvres sur ce transatlantique, il deviendra « le plus grand pianiste du monde », sans avoir jamais mis pied à terre ! Il aura eu comme rêve...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)