Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Normalito »

Normalito

+ d'infos sur le texte de Pauline Sales
mise en scène Pauline Sales

:Note d'intention

par Pauline Sales

Fabrice Melquiot m’a proposé de faire partie de la saison 2019/2020 du Théâtre AM STRAM GRAM. C’est une longue complicité qui nous unit, amicale et littéraire. Nous avons écrit ensemble une série théâtrale, Fabrice a été l’un des artistes les plus régulièrement invité à travailler à nos côtés lors de notre direction à Vincent Garanger et moi-même, durant dix saisons au Préau, Centre Dramatique National de Normandie à Vire.
C’est la deuxième fois que j’ai la chance de faire partie de l’histoire de ce théâtre pour l’enfance et la jeunesse. A la demande de Fabrice, j’ai écrit « Cupidon est malade », une adaptation libre du songe d’une nuit d’été de Shakespeare, mise en scène par Jean Bellorini.

Nouvelle aventure, donc, pour la jeunesse, nouvelle proposition de la part de Fabrice qui s’interroge sur les super héros et m’invite de mon côté à cogiter sur les super normaux. Je m’empare avec appétit de cette idée. Oh oui des super normaux dans cette société où chacun cherche à tout prix à se singulariser! Parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Est-ce donc si compliqué de s’avouer normal? De mener son existence de femme et d’homme ? De ne pas posséder de dons particuliers? De supers pouvoirs? Comment rendre la normalité désirable sans qu’elle passe pour une moyenne terne sans ambition?
Comment interroger le concept de normalité qui évolue évidemment selon les individus, les familles, les pays, les coutumes, les moeurs, l’époque? Comment, dans cette société où certains cherchent à accepter et faire respecter leur différence, assumer sa non-singularité? Comment supporter les pressions parentales qui aimeraient voir dans chacun de leur rejeton un enfant à haut potentiel, un génie méconnu? Dans chaque femme ou homme ordinaire ne se cache-t-il pas « l’honnête femme » « l’honnête homme », celle, celui, qui aimerait vivre justement en conscience? Et s’il existait encore des êtres qui n’avaient pas le désir de leur quart d’heure de célébrité?

Ce serait l’histoire de Lucas, un garçon vraiment normal de dix ans, ni très beau, ni très laid, avec un QI dans la moyenne, vivant avec ses deux parents de la classe moyenne. A force d’être ordinaire, et en même temps de représenter quelque chose, un petit mâle blanc occidental, il a la sensation de ne susciter ni intérêt, ni attention. Comme il le dit, il se sent normal nul...
Il croisera, Iris, l’Enfant Zèbre, enfant précoce issue d’une famille - une des rares- qui s’en serait bien passée d’avoir une fille qui sort de l’ordinaire.
Et puis, dans leur échappée, ils rencontreront la dame pipi d’une gare, qui a l’air super normale comme ça, une femme invisible à qui on donne des pièces jaunes sans la regarder dans les yeux, mais qui porte un secret...
C’est une longue histoire, rocambolesque, mouvementée, suite de hasards les plus quotidiens qu’on puisse imaginer.

Je mettrai moi-même en scène cette pièce pour trois acteurs. Anthony Poupard, comédien permanent à Vire durant dix ans sera de l’aventure, rejoint par deux deux jeunes acteurs suisses, Antoine Courvoisier et Stéphanie Schneider. Ce sera la première création de la compagnie À l’ENVI, dont nous assumons la direction artistique avec Vincent Garanger. Une compagnie dirigée par un acteur et une auteure, centrée sur l’écriture contemporaine, avec la volonté d’un théâtre qui parle directement aux gens d’aujourd’hui.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.