Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Le Globe »

Le Globe

+ d'infos sur le texte de Thierry Bedard
mise en scène Thierry Bedard

:Notes amusantes sur les recherches scientifiques de l’auteur

Questions d’échelles …

(le locuteur est installé sur une échelle et observe le globe, cherche un endroit sans représentation des continents, au milieu du Pacifique, là où sont cachées les notifications scientifiques)

S’il est important d’indiquer comment notre globe entend rendre les distances, je dois aussi savoir m’écarter de l’échelle (!) cet outil qui, avec le temps, a sclérosé la pensée cartographique, au point de conduire les géographes au contresens - mais je rappelle que ne suis pas géographe. Le plus grave des symptômes chez les géographes est sans doute la mauvaise habitude prise par certains qui essaient de faire croire qu’une carte à grande échelle représente un petit territoire, et qu’une autre à petite échelle couvre un grand territoire ... – mais il est vrai qu’avec ce globe, le problème n’existe pas. Et je dois rajouter que leur désarroi face au monde contemporain est même allé plus loin, quand ils ont décidé, les géographes, de s ‘approprier la terminologie de leurs collègues cartographes – et je rappelle que je ne suis pas cartographe -, en disant qu’un phénomène à petite échelle couvre une grande étendue et inversement. Ils croient faire plus “scientifique” mais confondent rapport d’échelle appliqué à la représentation – une fraction d’1/25.000 est effectivement plus grande que le 1/1.000.000 – et échelle des phénomènes qui exprime leur importance géographique par leur étendue, suivant en cela … l’usage de la langue. L’échelle des phénomènes, c’est …

(il tombe de l ‘échelle)

d’après La GéoGraphie / Cartes, le voyage immobile N° 1529


Hommage à Elisée Reclus (1830-1905)

Comme le souligne mon confrère Yves Lacoste, il y a bien un père intellectuel de la géopolitique, enfin d’une géopolitique à la française, car enfin les autres … Je cite : “La géographie, d’après … , n’est pas autre chose que l’histoire … dans l’espace, de même que l’histoire est la géographie … dans le temps”.

Vous comprenez ?

Car la géographie n’est pas une chose immuable, elle se fait, se défait, pardon se “refait” tous les jours, et à chaque instant se transforme par l’action de l’homme. Prendre en compte l’action de l’homme quand on parle de géographie, c’est parler de géopolitique. Le père de la géopolitique était anarchiste, il a d’ailleurs eu un rapport à la géographie tout à fait étonnant car il a été condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie au lendemain de la Commune de Paris. Il s’appelait Reclus …

Par son action… anarchiste (gêné). Mais ce n’est pas tout à fait l'histoire de(*)…
(très gêné de s'être laisser emporté)

d’après Introduction à la géopolitique / Philippe Moreau Defarges

  • (*) la peine de Reclus avait été commutée en dix ans de bannissement … en Suisse !

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.