Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « La Chanson de Roland »

:Présentation

Comte Roland avec ardeur combat,
Mais son corps sue et de chaleur s’embrase.
Son crâne endure et douleurs et grands affres :
Sonnant le cor, il s’est fendu les tempes.

Jean Lambert-wild prend les habits de Turold, l’écuyer de Roland, pour nous conter la mort du fameux paladin à la bataille de Roncevaux. Parce que la poésie n’est pas composée pour être lue au coin du feu, ou dans des manuels scolaires, mais pour brûler par sa profération et nous tenir en haleine jusqu’à son dernier vers, Jean Lambert-wild s’approprie ce récit mille fois chanté et transformé dans les cultures orales et populaires du Moyen-Âge. Accompagné d’un improbable compagnon, une ânesse du Cotentin, nommée Chipie de Brocéliande, il nous transporte en ces temps immémoriaux où les félons trahissent, où les chevaliers combattent, où le roi venge ses vassaux.

Cette adaptation propose une nouvelle traduction de la célèbre Chanson de Roland du XIe siècle et puise également dans d’autres sources anciennes ou classiques qu’elle détourne et renouvelle à la fois, fidèle en cela à l’esprit des jongleur.euse.s. Afin de faire résonner toute la vitalité du destin de Roland, ce spectacle fait appel à l’esthétique goguenarde et poétique du cirque et des troubadours pour renouer avec la liberté, l’impertinence et l’humour qui ont marqué les multiples récits consacrés à ce destin hors du commun.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.