Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

Casimir et Caroline

Distribution

Présentation

Casimir se rend avec Caroline à la grande Fête de la bière à Munich. Son esprit n’est pourtant pas à la fête : il vient de perdre son emploi de chauffeur et craint que sa fiancée, si elle le découvre, ne le quitte pour un meilleur parti. Mais Caroline n’en a cure et pense que leur amour est plus fort que l’argent, elle le pense… Ainsi commence Casimir et Caroline, l’un des chefs-d’œuvre de Ödön von Horváth, joué en français par la troupe du NTGent. L’atmosphère est au charivari, les têtes tournent comme les manèges, les conventions sont bousculées, la réalité s’estompe dans les vapeurs de l’alcool. Mais les hiérarchies sociales et l’argent roi ne peuvent pas être niés très longtemps et s’imposeront in fine, pour tout remettre « en ordre ». Car si la fête est ce temps farcesque et joyeux de l’égalité, de la fierté et de l’identité populaires, elle est aussi celui, aliénant, commercial et impitoyable, de la marchandisation générale du monde. Johan Simons et Paul Koek savent faire la fête et leur « théâtre musical » en possède l’éclat le plus spectaculaire. La Cour d’honneur accueillera les chansons, les rires, les danses, les rixes et la colère, de même qu’une musique véritablement présente, composée d’une dizaine de suites, rythmées par des tempos endiablés ou mélancoliques, aux accents tantôt rock tantôt contemporains. C’est dans ce cadre que le duo développera son théâtre d’intervention, d’histoire et de politique, où le pamphlet social coïncide avec le constat le plus cruel : là où la structure économique est la plus oppressante, les luttes de classes s’emparent même de l’amour, et la loi du plus fort finit toujours par régir les rapports humains. Imaginé par Bert Neumann, l’impressionnant décor en structures tubulaires, montant haut le long des murs du Palais des papes, sera comme le monstre forain qui dévore les rêves des hommes tout en accueillant leurs danses et leurs jeux. Il sera un écrin pour l’amour, la joie, la sensualité et, dans le même temps, l’usine où on les fabrique à la chaîne, le garage où ils finissent enfermés. Car à travers leur vision de Casimir et Caroline, c’est l’implacable actualité d’un drame socio-amoureux sur fond de crise économique que restituent Johan Simons et Paul Koek.

Antoine de Baecque

En vidéo

"Casimir et Caroline", extrait vidéo

Calendrier

Première représentation référencée

Utrecht
Le jeudi 25 juin 2009
Stadsschouwburg - Utrecht
Juin 2009
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Juillet 2009
L M M J V S D
    01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Dernière(s) représentation(s) référencée(s)

Nanterre
Du ven. 02/10/09 au mer. 07/10/09
Théâtre Nanterre-Amandiers
Octobre 2009
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31