Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Anticlimax »

Anticlimax

mise en scène Hauke Lanz

:Mettre en scène Anticlimax

"Je ne m'intéresse pas aux thèmes, mes personnages se définissent à travers la langue.
Je considère la langue comme un sculpteur.
Ça m'est égal s'il s'agit d'or ou de crasse, j'examine le matériau avec lequel je joue."

Monter Anticlimax n'est pas uniquement la suite logique de mon expérience du théâtre de Werner Schwab. Ce texte testamentaire atteint au travers du personnage de Marie, des sommets d'abstraction, de dissection des fonctions de famille, de société et de langage, sans rien omettre de la sauvagerie des premiers textes.

Un univers poétique où les fantasmes des personnages sont autant présents que leurs réalités
Mon travail consistera entre autres en la création d'une "partition parallèle" au texte, qui se veut être un moyen de pousser le public à s'identifier pleinement, à dépasser les barrières de l'abstraction pour percevoir dans le drame les vestiges de son vécu, même involontairement. Émouvoir le public à contrecœur, le toucher malgré lui, lui faire vivre l'expérience jouissive de rentrer dans le crâne de l'auteur, sans conciliation ni compromis, tel est mon but. Le théâtre de Werner Schwab souvent considéré outre-Rhin comme un théâtre "nouveau, populaire et radical" trouve ses origines en dehors du champ théâtral : dans la sculpture, la subculture des années quatre-vingt et surtout dans un vécu dense et bref. Ce théâtre est unique, parce qu'il ne vient pas du théâtre.
(...) Ce qui est fascinant à la lecture de ces pièces, c'est cette sensation de plonger dans un univers poétique où les fantasmes des personnages sont autant présents que leurs réalités. De même, la construction des pièces reflète de façon brute et drôle l'incohérence apparente de l'inconscient : sacré et putride se retrouvent sur le même plan, les hiérarchies sont abolies.

Dérision et barbarie, inextricablement mêlées.
Il s'agira d'approcher cette brutalité et cette violence qui frappent et peuvent choquer au premier abord, avec toute la finesse et la rigueur nécessaires pour en faire percevoir le moteur profond. Ici, la violence se nie toujours. Elle a quelque chose de très fragile, ce qui la rend d'autant plus troublante. Troublante aussi car la plupart du temps sexuelle. À l'intérieur de ces textes, elle a pour compagnons la naïveté et le burlesque. Ces aspects sont à traiter en contre-point : sans pour autant occulter la violence ils ne doivent en aucun cas être sous-estimés.
Prendre très au sérieux ce qui semble ridicule. Dérision et barbarie sont en effet ici inextricables, et ce serait piétiner la pensée de l'auteur que de pencher pour l'un ou pour l'autre.

La dimension sonore, un instrument pour reproduire le processus même d'écriture de Werner Schwab
De son vivant Werner Schwab collaborait avec le groupe de musique d'avant-garde Einstürzende Neubauten, et manifestait dans ses mises en scène le désir de faire de la production du son une action indissociable de l'action du texte. Dans Anticlimax, le son permettra de reproduire à l'intérieur même du spectacle le processus d'écriture de Werner Schwab : faire dévier le sens de la musique et des sons, par l'emploi de boucles, de samples ou de scratchs qui dénaturent l'essence musicale mais la laissent perceptible, tout comme Schwab avait usage de faire avec les mots.

La langue de Schwab est subversive, parce qu'elle est ludique ; elle joue avec les désirs refoulés que nous reconnaissons, mène le lecteur dans des zones troubles de l'imaginaire. La mise en scène devrait être l'écho de cette réalité. Werner Schwab savait que jouer avec les matières négatives est bien plus bénéfique au corps et à l'esprit que de les refouler.
Les déchets et les ordures qu'il employait dans ses sculptures se retrouvent dans tous ses textes, sous forme d'idées, de personnages, de comportements sociaux ou sexuels. Ici, la sexualité est subie, elle dégoûte et ne mène jamais au plaisir. Cette facette obscure de la sexualité qui perce dans Anticlimax se présente comme un obstacle à la mise en scène, d'autant plus que Schwab fait appel à la pornographie pour l'exprimer dans le texte. Mais là encore, c'est un rapport ludique au texte qui seul peut permettre de transcrire masturbations et sodomies qui ponctuent le texte. Il faut passer par l'abstraction la plus totale, et non simplement esquisser ou mimer ces gestes que l'on refuse de commettre sur scène. Avant tout transmettre le mouvement, la tension, la sensation, donner à voir sous forme de "climat" ce qui doit rester intime au spectateur pour le faire vibrer. Pour ouvrir sa conscience sur ce que nous sommes, y compris dans les aspects les plus cachés. Et là encore, pour l'émouvoir.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.