Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Kevin Keiss

France

Dernières critiques

Image de Désobéir

Les carnets d'Eimelle

vendredi 01 février 2019

Un jour, il leur a fallu dire Non.

Par Eimelle Laure

Elles parlent de religion, de croyances, de racisme, de toutes les violences faites aux femmes ( y compris aux comédiennes à qui l'on refuse un rôle pour une couleur de peau ou un physique différent...

Lire l'article sur Les carnets d'Eimelle

Image de Pavillon Noir

Profession Spectacle

mercredi 16 janvier 2019

“Pavillon noir” : présent augmenté, texte mitigé

Par Emmanuel Gagnerot

"Pavillon noir", c’est un spectacle né de la rencontre entre deux collectifs, d’auteurs et d’acteurs : le Collectif Traverse et le Collectif OS’O. Résultat ? Une pièce sur la piraterie des temps modernes : celle de l’activisme militant qui vient questionner la démocratie à l’ère numérique et sécuritaire. Carton plein sur l’inventivité scénique....

Lire l'article sur Profession Spectacle

Image de Désobéir

Libération.fr

jeudi 29 novembre 2018

«Désobéir», quatuor libéré des carcans

Par Anne Diatkine

Quatre jeunes filles d’Aubervilliers brillent par leur liberté de parole dans la pièce documentaire que leur consacre la metteure en scène Julie Berès....

Lire l'article sur Libération.fr

Image de Désobéir

Un Fauteuil Pour l'Orchestre

dimanche 18 novembre 2018

Show sur-vitaminé et quasi-journalistique

Par Toulouse

Quatre jeunes femmes viennent griffonner sur un mur, comme signe manifeste et libertaire, « Désobéir ». Ainsi se revendique le début de ce spectacle. Conçu à partir de témoignages de femmes glanés dans les quartiers d’Aubervilliers, ce show sur-vitaminé et quasi-journalistique nous livre des fragments de vie étonnants, dessinant le portrait profond et plein d’aventure d’une jeunesse vivifiante et trop souvent évincée des plateaux de théâtre....

Lire l'article sur Un Fauteuil Pour l'Orchestre

Image de Désobéir

Sceneweb

samedi 17 novembre 2018

Désobéir : l’échappée girl

Par Stéphane Capron

Ces quatre jeunes comédiennes dans le vent décoiffent sur scène. Désobéir raconte la France métissée et plurielle d’aujourd’hui sur la base d’un travail documentaire récolté auprès de jeunes femmes à Aubervilliers. Un travail d’écriture et de restitution au plateau remarquable....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Le Jour où les femmes ont perdu le droit de vote

lanouvellerepublique.fr

mercredi 24 octobre 2018

“ Le Jour où les femmes ont perdu le droit de vote ”

Par Delphine Coutier

La troupe du JTRC, dirigée par Didier Girauldon, fait valser le public entre réflexion sur l’histoire, questionnement sur la démocratie et le rôle du citoyen. Une pièce très actuelle. Drôle et attachante....

Lire l'article sur lanouvellerepublique.fr

Image de Le Jour où les femmes ont perdu le droit de vote

37 degrés

mardi 23 octobre 2018

Quand les Dieux sabotent la démocratie au Théâtre Olympia

Par Olivier Collet

Le jour où les femmes ont perdu le droit de vote : c’est le nom de la pièce présentée jusqu’au 27 octobre au Centre Dramatique National de Tours, un texte court qui convoque la mythologie, la politique, le féminisme, la jeunesse et l’amour....

Lire l'article sur 37 degrés

Image de Désobéir

France Culture

mardi 26 juin 2018

Recueillir les paroles, les rêves

Par Alexandre Plank

Recueillir les paroles, les rêves et les révoltes de quatre jeunes femmes issues de l’immigration.

Lire l'article sur France Culture

Image de Harlem quartet

theatredublog

vendredi 23 mars 2018

"Harlem Quarte"t, nous incite à découvrir ce grand auteur

Par Mireille Davidovici

James Baldwin (1924-1987) fuit les Etats-Unis en 1948, horrifié par le racisme et l‘homophobie. Et il écrira en France l’un de ses derniers romans, Just above my Head (1979), hanté par ses  souvenirs et ses révoltes. En 1975,  Hall Montana vient d’apprendre la mort par overdose de son...

Lire l'article sur theatredublog

Image de Pavillon Noir

Le Bruit du Off Tribune

jeudi 01 mars 2018

Le « Pavillon Noir » de la rébellion hisse haut !

Par Yves Kafka

Les pirates modernes ont muté avec l’avènement d’internet. Le drapeau qu’ils entendent désormais brandir pour le rendre au peuple n’est plus barré d’une tête de mort et de deux tibias croisés mais des barres de hashtags et d’une gigantesque araignée-monde virtuelle qui tisse réellement sa toile… pour le meilleur et pour le pire ! Ils ont pour nom ces généreux pirates contemporains, désignés encore « lanceurs d’alerte »...

Lire l'article sur Le Bruit du Off Tribune