Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Jean-Michel Rabeux

Jean-Michel Rabeux

France

Voir aussi : La Compagnie Rabeux

Dernières critiques

Image de Les Derniers jours

Froggydelight.com

dimanche 01 mars 2020

Une ritournelle perverse et entêtante...

Par Philippe Person

Quand on sort des "Derniers jours", on en mène pas large. Jean-Michel Rabeux vient de réussir une transmutation digne d'un alchimiste : il a changé une chanson qui incarne l'élégance de l'être, la beauté de la vie, presque sa préciosité narquoise, en une ritournelle perverse et entêtante......

Lire l'article sur Froggydelight.com

Image de Les Derniers jours

Sceneweb

samedi 29 février 2020

Les Derniers Jours : le cabaret mortuaire de Jean-Michel Rabeux

Par Anaïs Heluin

Pour rendre partageable la mort d’un ami, Jean-Michel Rabeux opte dans Les Derniers Jours pour une forme de cabaret. Une belle idée qui pâtit d’une obsession de la distance et de la légèreté....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Les Derniers jours

Un Fauteuil pour l'Orchestre

jeudi 27 février 2020

Trompe-la-mort.

Par Denis Sanglard

À l’ami disparu Jean-Michel Rabeux rend un formidable hommage. Pas de ces hommages à la con qui vous font un joli portrait hagiographique mais un récit cru et sans fioriture d’une fin de vie merdique, d’une déchéance et d’une mort attendue comme un soulagement. C’est peut-être ça être fidèle à ceux qui ont traversés votre vie. Lear se meurt, Lear est fou, Lear est mort. Mort en retard comme on rate une entrée, un ultime pied de...

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'Orchestre

Image de Les Derniers jours

lamontagne.fr

samedi 09 novembre 2019

« Continuer à vivre »

Par Laura Morel

C'est entre le récit et le dialogue. Les personnages racontent une histoire et vivent en direct des situations très concrètes. Ce n'est pas du tout un documentaire, on a voulu apporter du surréalisme pour adoucir le propos....

Lire l'article sur lamontagne.fr

Image de La Double inconstance (ou presque)

un fauteuil pour l'ochestre.com

mercredi 07 mars 2018

Laissez tomber votre vision du marivaudage

Par Denis Sanglard

Laissez tomber votre vision du marivaudage, charmant jeu de séduction sucré, total contresens en vérité. Jean-Michel Rabeux dans une mise en scène sans esbroufe, subtile et d’une grande clarté, en révèle toute la noirceur, la froideur, le machiavélisme. Du libertinage noir plus que rose qui voit la mise à mort d’un amour, l’effondrement d’un couple. Sylvia aime Arlequin, amour naïf et sincère.

Lire l'article sur un fauteuil pour l'ochestre.com

Image de La Double inconstance (ou presque)

critiquetheatreclau

mercredi 07 mars 2018

Peux t on aimer avec passion plusieurs fois dans son existence

Par arrazatclau

Voici une question bien existentielle mais la réponse est propre à chacun…Qu’en pense donc Marivaux ? Mais bien au-delà de cette interrogation, Marivaux évoque le pouvoir de la séduction due au rang social et aux richesses....

Lire l'article sur critiquetheatreclau

Image de La Double inconstance (ou presque)

Sceneweb

mardi 06 mars 2018

Jean-Michel Rabeux met Marivaux à vif

Par Anaïs Heluin

Avec La Double inconstance (ou presque) d’après Marivaux, Jean-Michel Rabeux poursuit son exploration des mécanismes de domination sociale. Son puissant théâtre de la cruauté....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de La Double inconstance (ou presque)

Journal La Terrasse.fr

lundi 19 février 2018

Des arabesques de la comédie aux déflagrations de la tragédie

Par Manuel Piolat Soleymat

De Marivaux, il avait mis en scène La Fausse Suivante en 1981 et Arlequin poli par l’amour en 2001. Aujourd’hui, Jean-Michel Rabeux fait jaillir toute la densité contemporaine de La Double Inconstance. Magnifique....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Image de Aglaé

L'Humanité

lundi 23 janvier 2017

Vivre sa vie de mauvais genre jusqu'au bout

Par Marina Da Silva

Au Théâtre du Rond-Point, dans un dispositif qui casse le cadre de la représentation, Claude Degliame incarne la figure d’Aglaé, prostituée depuis toujours, qui regarde sa vie et les spectateurs en face. Troublant et puissant....

Lire l'article sur L'Humanité

Image de Aglaé

Libération.fr

jeudi 19 janvier 2017

"Aglaé" et sodomie

Par Gilles Renault

En plus d’un talent manifeste, il faut du cran à la comédienne et pas moins femme Claude Degliame pour se mettre dans la peau d’Aglaé, déambulant seule au beau milieu du public qui l’écoute, la regarde, sinon la dévisage. Ou baisse les yeux quand, au débotté, elle évoque ce «producteur qui aimait se faire enculer la main entière et qui disait "pardon, pardon, pardon".» «Ma spécialité, c’étaient les spécialités», jugera-t-elle utile de préciser....

Lire l'article sur Libération.fr