Photo de Alexiane Torrès

Alexiane Torrès

France

Dernières critiques

Image de La Double inconstance

Théâtre Passion

mercredi 20 mars 2019

Une comédie cruelle sur l'inconstance des sentiments

Par Anne Delaleu

Le Prince s’ennuie, se morfond dans son palais, voilà qu’il tombe amoureux d’une jeune paysanne pétillante et jolie, Sylvia. Il est Prince et selon son bon vouloir fait enlever la jeune fille, l’installe dans son palais, sans se faire connaître. Trivelin, son bras droit et Flaminia, fille d’un domestique, sont en charge de servir Sylvia et surtout la contraindre à aimer le Prince.

Lire l'article sur Théâtre Passion

Image de La Double inconstance

Sceneweb

jeudi 07 mars 2019

La Double Inconstance vénéneuse de Philippe Calvario

Par Vincent Bouquet

Au Théâtre 14, le metteur en scène livre une version cruelle et féroce du chef d’œuvre de Marivaux, sans toutefois éviter l’écueil d’une mise en scène un brin trop appuyée....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Les Bacchantes

Club de Mediapart - Les dits du théâtre

samedi 09 février 2019

Bernard Sobel n’a pas sorti les dieux de la machine théâtrale, au T2G

Par Dashiell Donello

En entrant dans la salle, nous voyons un film qui met en action des constructeurs de décors. Cela nous amène, peu à peu, dans l’intime du théâtre avant le théâtre, et nous nous imaginons que les colonnes en trompe l’oeil, vont restituer un temple de la période classique, probablement le Parthénon. Hélas ! Notre imagination était trop exigeante....

Lire l'article sur Club de Mediapart - Les dits du théâtre

Image de Les Bacchantes

Crayonné au théâtre.

vendredi 19 janvier 2018

Le sourire du dieu.

Par Christian Drapron

Avec Euripide se clôt, dit-on, le cycle des grands tragiques grecs. C’est singulièrement avec sa dernière œuvre, « les Bacchantes », que le poète fait paraître sur scène, pour la première fois et pour ainsi dire « en personne », la figure de celui dont on associe le nom et le culte aux cérémonies qui ont donné naissance à l’art tragique : Dionysos.

Lire l'article sur Crayonné au théâtre.

Image de Les Bacchantes

lesechos.fr

vendredi 12 janvier 2018

La belle bacchanale de Bernard Sobel

Par Philippe Chevilley

Sur le beau mur de pierres du théâtre de l'Epée de bois, défilent les images d'un décor de ville antique en construction/destruction. Bernard......

Lire l'article sur lesechos.fr

Image de Les Bacchantes

Sceneweb

vendredi 12 janvier 2018

Bernard Sobel dompte Les Bacchantes

Par Vincent Bouquet

"Pour clore l'aventure engagée il y a plus de soixante", dixit sa fidèle comparse Michèle Raoul-Davis, Bernard Sobel s'empare des Bacchantes au Théâtre de l'Epée de Bois. De la tragédie grecque on ne peut plus classique d'Euripide, il parvient à dégager une certaine modernité....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Roberto Zucco

L'insensé

dimanche 16 juillet 2017

De la carapace des héros

Par Malte Schwind

Yvan-Joel Collin monte Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès avec les élèves du Conservatoire national supérieur d’art dramatique – Paris. C’est l’une des quatre créations avec cette école au Festival d’Avignon. On aurait espérer que les écoles nationales participent à former autre chose que des héros. On voudrait qu’ils ne participent pas à la production d’« habits trempés de sang ». On voudrait qu’ils fassent des jeunes comédiens autre chose qu...

Lire l'article sur L'insensé

Image de Roberto Zucco

L'insensé

jeudi 13 juillet 2017

Yann-Joël Collin | Koltès / Gabily : la vie en face

Par Arnaud Maïsetti

Ce drame à stations d’un meurtrier au regard d’ange est ici soulevé par la rage tendre de seize comédiens issus du CNSDA qui font de "Roberto Zucco" une hypothèse sans cesse recommencée. Pour Avignon, Yann-Joël Collin fracture l’écriture de Koltès avec les mots de Gabily – du frottement des écritures l’une sur l’autre naissent d’autres hypothèses. Et sur tout cela plane le seul regard qui vaille : face, toujours, et encore....

Lire l'article sur L'insensé

Image de Roberto Zucco

Sceneweb

jeudi 13 juillet 2017

Roberto Zucco : la rencontre entre Collin et le CNSAD s’éternise

Par Hadrien Volle

Au Festival d’Avignon, Yann-Joël Collin met en scène la dernière promotion du CNSAD dans un spectacle réunissant deux textes, Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès et Prologue. Sur le théâtre de Didier-Georges Gabily. Si tous les comédiens sont excellents, la création connaît d’importantes longueurs dues au manque de fluidité de la mise en scène....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Roberto Zucco

Profession Spectacle

mercredi 12 juillet 2017

Entre accouchement d’une parole et enfermement télévisuel

Par Pauline Angot

Face à un Roberto criminel qui refuse toute fonction prédéfinie, quelle alternative avons-nous pour échapper à l’enfermement du metteur en scène, comme à l’enfermement social ? Aucun espace n’est laissé à notre liberté : ou bien nous sommes déterminés par le jeu social ou bien nous devenons criminels. Il n’est nulle échappatoire, pas même une parole accouchée de victime....

Lire l'article sur Profession Spectacle