Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)

Écrit en 2013 - français

Présentation

Tchekhov peint ici un microcosme familial étouffant, et ça me plaît. Son portrait d'une bourgeoisie mi-campagnarde, mi-intellectuelle en train de sombrer me parle. Je crois à cette fin du monde-là. Les plaintes et les pleurs de Vania sur sa jeunesse envolée m'attirent aussi. Et la noirceur d'Astrov. De même que ces histoires d'amour sans espoir, ces histoires d'amitié sans pitié. Et la vie qu'on dit ratée aussi. Et cet écart entre ce que l'on croit être, ou pouvoir devenir, et ce que l'on est, à la fin. La violence des propos et des sentiments, la faiblesse des propos et des sentiments, l'exigence des êtres envers eux-mêmes, leur clairvoyance et leur exhibitionnisme, et pourtant leur incapacité à agir ou à évoluer. Dieu sait pourtant qu'ils luttent ! Eric Lacascade