theatre-contemporain.net

Germania Mort à Berlin

Germania Mort à Berlin

de Heiner Müller

Texte original : Germania Tod in Berlin traduit par Jean Jourdheuil

Écrit en 1984 - français

Présentation

Ce recueil présente tout d’abord deux textes récents : Rivage à l’abandon matériau. Médée. Paysage avec Argonautes (1982) et Paysage sous surveillance (1984)qui sont comme deux variations sur des figures anciennes, Alceste et Médée (auxquelles Euripide avait consacré deux tragédies) et qui traitent sur un mode tout à la fois tragique et comique (chez Müller le vrai tragique est comique) de questions éternelles ou presque : la mort, la trahison, la violence, le colonialisme – ceci dans un style tranchant attentif à évoquer l’explosion de l’image dans le souvenir et dans le texte. Viennent ensuite un court dialogue, Pièce de cœur (1981), une « plaisanterie » peut-être cynique et quelques poèmes (1975, 1981, 1958). Puis un texte important, Germania mort à Berlin, dont la rédaction commencée en 1956 fut achevée en 1971, une entreprise de destruction de l’image de l’Allemagne, comme si l’Allemagne était un jouet d’enfant et que l’auteur, décidément un sale gosse, le cassait pour voir ce qu’il y a à l’intérieur. Et enfin Meadspiel (1974) et un texte de 1958, Le dieu Bonheur, qui est resté inachevé (l’auteur s’en explique) et qui à ce titre nous permet de pénétrer dans l’atelier d’écriture de Heiner Müller.

Sélection(s)

2016

Proposition de lectures

Liste "136"

École du TNS

Masquer la bannière