Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Una costilla sobre la mesa : Madre (Une côte sur la table : Mère) »

Una costilla sobre la mesa : Madre (Une côte sur la table : Mère)

mise en scène Angélica Liddell

On en parle dans la presse et sur le web

Revue Études

Image de la critique de Revue Études

lundi 03 février 2020

Enterrer la terre

Par Yvon Le scanff

Madre, sudiste et tellurique, se déploie selon une liturgie funèbre jusqu’à la consécration de l’image de la mère à travers l’expression d’une longue plainte (« Si seulement ton ventre avait pu être ma tombe… ») puis l’exécution de rites (dont celui des Empalaos de Valverde de la Vera) et de cérémonies (chants, danses et transes). Et du cœur de cet enterrement à vif surgissent ça et là de magnifiques poèmes en prose......

Lire l'article sur Revue Études

Crayonné au théâtre.

Image de la critique de Crayonné au théâtre.

dimanche 02 février 2020

"Autour d'une mère"

Par Christian Drapron

"Autour d'une mère" (Madre) c’était le titre du spectacle salué par Antonin Artaud que Jean Louis Barrault avait tiré de Tandis que j’agonise . Sans doute n’est-ce pas par hasard que, pour ce dernier spectacle, Angélica Liddell se réfère d’entrée de jeu au même Faulkner. Mais, comme toujours chez elle, la citation littéraire se double d’une référence autobiographique ; « Je viens de brûler mes parents, un corps, puis l’autre à trois mois d’écart....

Lire l'article sur Crayonné au théâtre.

Un Fauteuil pour l'Orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil pour l'Orchestre

mardi 21 janvier 2020

Le chagrin fait parfois perdre pied

Par Nicolas Brizault

Angélica Liddell présente au théâtre de La Colline deux spectacles en alternance, Una costilla sobre la mesa : Madre et Una costilla sobre la mesa : Padre. C’est Madre dont nous allons parler ici, le thème est quasiment le même, la perte d’un parent. À trois mois d’intervalle le père, la mère meurent. Et explosent la douleur, le désespoir qui peuvent en ressortir. Dans Madre une fille perd sa mère et se lamente, pleure, crie, se donne des coups....

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'Orchestre

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 20 janvier 2020

L’ode vibrante d’Angélica Liddell à ses parents

Par Brigitte Salino

Angélica Liddell fait de sa vie une œuvre. Elle se met en scène dans des spectacles qui peuvent être exceptionnels ou décevoir, mais qui toujours nous ramènent à l’essence du théâtre : la présence réelle sur un plateau, qui est le seul endroit où les morts reviennent saluer....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Le Bruit du off tribune

Image de la critique de Le Bruit du off tribune

lundi 20 janvier 2020

Angélica Liddell, passionaria ibérique

Par Culturieuse

Au centre de ces six trônes recouverts de tissu, elle s’assied et entame un monologue vibrant en espagnol. Son désespoir s’élève crescendo tandis qu’elle s’adresse à sa mère morte, en fille n’ayant pas su l’aimer, en fille coupable dont jailli enfin la pitié, scandant ses paroles à coups de pied, frappant sa poitrine de ses poings.

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

Froggydelight.com

Image de la critique de Froggydelight.com

dimanche 19 janvier 2020

Rédemption

Par MM

Depuis 2014 avec "You are my destiny" en indiquant que le "le temps du sacré est venu", la comédienne et dramaturge espagnole Angelica Liddell prône le pardon des offenses qu'elle exerce par son appropriation de la prérogative déique et la pratique du concept théologique chrétien de la Rédemption....

Lire l'article sur Froggydelight.com

Arts Mouvants

Image de la critique de Arts Mouvants

dimanche 19 janvier 2020

Madre est un véritable éloge funèbre à celle qui n'est plus.

Par Sophie Trommelen

Dans un diptyque autobiographique Angélica Liddell met en scène le processus de deuil qui accompagne la mort de ses deux parents à quelques mois d'intervalle.

Lire l'article sur Arts Mouvants

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

vendredi 17 janvier 2020

Liddell enterre père et mère

Par Guillaume Tion

La metteure en scène propose à la Colline un diptyque hanté par la mort de ses parents. Angélica Liddell est une gamine aventureuse. Forcément déterminée quand elle s’attaque frontalement à des thèmes impossibles. Toujours impuissante quand elle hurle ses diatribes à la face du monde, de Dieu, des cintres, du vide....

Lire l'article sur Libération.fr

Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

jeudi 19 décembre 2019

Quand le cri remplace les mots

Par Eric Demey

Spectacle rituel, lamento funèbre en l’honneur de sa mère défunte, Madre d’Angelica Liddell propose une expérience théâtrale extrême....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 15 juillet 2019

« Une côte sur la table » d’Angélica Liddell, une écriture charnelle de la parole

Par Dashiell Donello

Dans son dernier livre « Une côte sur la table », Angélica Liddell trouve un sens nouveau, dans la putréfaction du temps qui passe. Elle écrit les mots à voix haute, car ses lèvres n’ont pas ceux de la prière. Son écriture douloureuse, via le théâtre, fouille l’âme humaine, au fin fond de l’amour, de la guerre et de la folie....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)