Accueil de « Una costilla sobre la mesa : Madre »

Una costilla sobre la mesa : Madre

mise en scène Angélica Liddell

On en parle dans la presse et sur le web

Un certain regard sur la culture

Image de la critique de Un certain regard sur la culture

vendredi 05 avril 2019

La déflagration d'amour d'Angélica Liddell

Par Guillaume Lasserre

Avec "Una costilla sobre la mesa : Madre", bouleversant requiem d'une fille à sa mère défunte, Angélica Liddell ouvre de façon magistrale la cinquiéme édition du Festival Programme Commun à  Lausanne, emplissant de son amour et sa douleur le pavillon du Théâtre de Vidy. De son retour sur la terre natale maternelle nait cette sublime et intense prière théâtrale....

Lire l'article sur Un certain regard sur la culture

mouvement.net

Image de la critique de mouvement.net

jeudi 04 avril 2019

Un acte de foi et de défiance

Par Aïnhoa Jean-Calmettes & Jean-Roch de Logivière

Au festival Programme Commun, Angelica Liddell a offert au public une messe funéraire, dédiée à sa mère. Un acte de foi et de défiance, traversé des traditions catholiques espagnoles.

Lire l'article sur mouvement.net

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

mercredi 03 avril 2019

Programme commun (2) : l’effet Angélica Liddell

Par Jean-Pierre Thibaudat

Seule en scène, face à sa mère morte à laquelle elle s’adresse, Angélica Liddell s’entoure d’amis, d’inconnus et de traditions pour créer un rituel d’amour et de haine. D’autres artistes, solitaires ou presque, du festival sont passionnants mais le souvenir d’"Una costilla sobre la mesa : Madre" ne peut que les oblitèrer....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Inferno

Image de la critique de Inferno

mardi 02 avril 2019

Angelica met tout sur la table

Par Martine Fehlbaum

Au centre de ces six trônes recouverts de tissu, elle s’assied et entame un monologue vibrant en espagnol. Son désespoir s’élève crescendo tandis qu’elle s’adresse à sa mère morte, en fille n’ayant pas su l’aimer, en fille coupable dont jailli enfin la pitié, scandant ses paroles à coups de pied, frappant sa poitrine de ses poings. Ses sanglots et ses lamentations révèlent une affliction indigne, puisque son amour pour sa mère cannibale ne provient que de la mort «qui a ramené en moi le géant de la pitié», transformant la haine en amour. Son coeur ravagé de culpabilité implore une cérémonie et une mortification.

Lire l'article sur Inferno

Le Temps

Image de la critique de Le Temps

vendredi 29 mars 2019

Angélica Liddell, stupéfiante d’amour à Lausanne

Par Alexandre Demidoff

L’artiste espagnole ne se remet pas de la mort de sa mère. Elle sublime cette douleur en liturgie déchirante, au Théâtre de Vidy, dans le cadre du festival Programme commun...

Lire l'article sur Le Temps

24heures.ch/

Image de la critique de 24heures.ch/

jeudi 28 mars 2019

Angélica Liddell orchestre un requiem luciférien

Par Boris Senff

L’Espagnole est de retour au Théâtre de Vidy avec «Una costilla sobre la mesa: madre», soit une pièce qui évoque le décès de sa mère l’an dernier, année où disparaissait également son père. De ce requiem qui se focalise ici sur la figure maternelle, la dramaturge allume un bûcher funéraire dont les flammes échappent au seul hommage parental pour envahir un champ beaucoup plus vaste où la perte, la douleur, l’agonie sont portés à incandescence,...

Lire l'article sur 24heures.ch/

Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

lundi 18 février 2019

Performance requiem adressée à sa mère.

Par Eric Demey

D’une trilogie familiale, c’est le pan adressé à la mère. Una costilla sobre la mesa : Madre propose « une expiation dans un monde aux rites vides et banalisés » menée sous l’inspiration de William Faulkner....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr