Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Timeloss »

Timeloss

mise en scène Amir Reza Koohestani

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de theatrorama

samedi 06 décembre 2014

12 ans plus tôt, 12 ans trop tard

Par Cathia Engelbach

Il y a douze ans, pour « Dance on glasses », Amir Reza Koohestani disposait de trop peu de moyens pour faire évoluer la lumière sur scène en fonction des gestes de ses personnages, qui demeuraient assis et séparés, maintenus l’un en face de l’autre. De ce défaut, aujourd’hui transformé en impératif de mise en scène, est issu le plain terrible de « Timeloss », fruit et fantôme de la pièce originelle....

Lire l'article sur theatrorama

Image de la critique de Théâtre du blog

jeudi 27 novembre 2014

Un exercice de style captivant.

Par Mireille Davidovici

Soit deux comédiens, dans un studio d’enregistrement, assis chacun à une petite table, lui, derrière, côté jardin, elle, devant, côté cour, et lui tournant le dos. Ils répètent le texte d’une pièce qu’ils ont jouée ensemble douze ans auparavant, et dont la captation vidéo de l’époque nécessite une nouvelle bande son. Sur deux écrans verticaux,...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de la critique de Mediapart

mardi 25 novembre 2014

Timeloss, jeu de mot entre time lost "le temps perdu" et time less "l'éternité"

Par Véronique Klein

En prologue, une voix, celle du metteur en scène Amir Reza Koohestani, La voix est douce, une douceur renforcée par la langue Farsi. Il s’adresse à celle qui l’a quittée il y a plusieurs années. Pour elle, il avait écrit et mis en scène Dances on Glasses, l’histoire d’un couple qui tente, sans jamais y parvenir, de comprendre pourquoi il se sépare. Il espérait qu’elle verrait le spectacle, et que peut-être alors ils se retrouveraient. Dances...

Lire l'article sur Mediapart

Image de la critique de Télérama.fr

vendredi 21 novembre 2014

Le dispositif est vertigineux,

Par Emmanuelle Bouchez

En 2001, le jeune auteur-metteur en scène iranien Amir Reza Koohestani s'était fait connaître avec Dance on glasses, du théâtre-performance où il réglait ses comptes avec une rupture amoureuse. Il évoque ce spectacle avec d'autres comédiens, douze ans plus tard, dans une nouvelle création. Les personnages qui s'écharpaient sur scène chacun à l'extrémité d'une longue table sont cette fois attablés en solitaire, face au public. Ils sont là pour le...

Lire l'article sur Télérama.fr

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)