Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Solness le constructeur »

Solness le constructeur

+ d'infos sur le texte de Henrik Ibsen traduit par Michel Vittoz
mise en scène Alain Françon

:La Pièce

Au moment de l’écriture de Solness le constructeur, en 1892, Ibsen est un artiste âgé, mondialement reconnu, qui, après plus de vingt ans d’exil, vient de rentrer définitivement en Norvège où il est accueilli en héros national tout en étant violemment critiqué par une nouvelle génération d’artistes qui veulent imposer d’autres formes dramatiques.

Le retour géographique n’est certainement pas exempt d’un retour sur soi dont la pièce se fait intensément l’écho: Solness, un homme d’une cinquantaine d’années, construit des “foyers pour les hommes” après avoir été un constructeur d’églises. Mais, alors que sa réussite et sa renommée sont désormais solidement établies, il est rongé par la peur que la jeunesse “frappe à sa porte” et lui demande de céder sa place. La pièce s’ouvre et s’achèvera sur une question centrale, et pour Solness et pour Ibsen, tous deux bâtisseurs d’oeuvres: Quelle est la valeur de ce qui a été construit? Cela méritait-il qu’on lui sacrifie tout le reste?

Comme dans beaucoup de pièces d’Ibsen, le drame convoque un passé enfoui qui vient réinterroger la valeur du présent et permettre ou empêcher un possible futur. Dans Solness, le passé refait surface sous les traits d’une jeune femme, Hilde, venue demander au constructeur de tenir la promesse qu’il lui avait faite dix ans plus tôt: lui construire un royaume de princesse. La tension entre le réel et l’imaginaire s’enracine dès lors dans ce passé qui exige à la fois des comptes et des rêves, oblige à regarder en face l’état des fondations tout en ouvrant sur la possibilité de l’élévation d’une construction nouvelle. La confrontation avec la vérité de ce qui est, impose aux personnages de se tenir constamment à la crête du présent jusqu’à en avoir le vertige.

Ce sont cette puissance et cette intransigeance avec lesquelles Ibsen construit ses drames qui guident le travail d’Alain Françon. Après avoir mis en scène Hedda Gabler, Le Canard sauvage et Petit Eyolf, il poursuit son dialogue sensible avec la radicalité de l’auteur norvégien.

Adèle Chaniolleau

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.