Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Orphelins »

On en parle dans la presse et sur le web

l'insensé

Image de la critique de l'insensé

mercredi 24 juillet 2019

Orphelins… le théâtre des « décadrés »

Par Yannick Butel

Dans l’agonie qu’est le festival d’Avignon quand le peuple des estivaliers fout le camp et bat en retraite devant une population autochtone qui réclame sa ville avec l’arrogance de ceux qui ont essoré les comptes des férus de théâtre ; à même les affiches, feuilles de salle et autres tracts etc. qui ressemblent maintenant à des tas de feuilles mortes sur lesquels

Lire l'article sur l'insensé

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

mercredi 24 juillet 2019

Festival Off d’Avignon 2019 : 37 spectacles à ne pas manquer

Par Joëlle Gayot

Alors que la foisonnante manifestation se tient du 5 au 28 juillet, la rédaction de “Télérama” vous sert de guide tout au long de cette édition, pour ne pas passer à côté des spectacles à voir....

Lire l'article sur Télérama.fr

l'envolée culturelle

Image de la critique de l'envolée culturelle

mercredi 24 juillet 2019

Des Orphelins criants de vérité !

Par Jérémy Engler

Le collectif La Cohue propose une mise en scène qui brise certains murs. En mettant en place un dispositif trifrontal, le public est sorti de sa zone de confort en étant au plus près des comédiens sur des bancs sur scène. Sur ces bancs, sont situés des prospectus, des coussins et des objets nous plaçant au sein de cet appartement. Les comédiens vont plus loin et brisent le quatrième mur

Lire l'article sur l'envolée culturelle

Libre Théâtre

Image de la critique de Libre Théâtre

samedi 20 juillet 2019

« happening »

Par Jean-Pierre Martinez

Un jeune homme très perturbé débarque un soir chez sa sœur et son beau-frère avec son tee-shirt couvert d’un sang qui n’est pas le sien. C’est le début d’un huis-clos dramatique au cours duquel ces trois personnages vont se déchirer. La sœur tente d’abord de protéger à tout prix son frère, auquel elle est liée à la vie et surtout à la mort par une enfance tragique. Jusqu’à ce que l’effroyable vérité ne finisse par éclater, telle une bombe à retar...

Lire l'article sur Libre Théâtre

Profession Spectacle le Mag'

Image de la critique de Profession Spectacle le Mag'

mercredi 17 juillet 2019

“Orphelins” de Dennis Kelly : et l’enfant dans cette Cohue ?

Par Frédéric Dieu

Orphelins, de l’écrivain anglais Dennis Kelly, navigue entre enquête policière et drame social et familial. L’analyse et la confrontation des trois personnages sont parfaitement servies par la mise en scène fine, drôle et tranchante que livre la troupe La Cohue, devant une salle pleine. Réalité de l’artifice Pour représenter cette confrontation, Sophie Lebrun et Martin …...

Lire l'article sur Profession Spectacle le Mag'

la culture depuis saturne

Image de la critique de la culture depuis saturne

samedi 13 juillet 2019

Orphelins, un repas en amoureux

Par Marjolaine Boudet

La Cohue nous invite à un repas en amoureux pour fêter un bel événement : la venue d'un enfant. Enfant désiré qui ne verra peut-être jamais le jour... En nous immergeant totalement à l'intérieur de cette Angleterre ouvrière en mal de repères, écrite par Dennis Kelly , la Cohue nous fait un formidable cadeau. Les comédiens au nombre de trois ou quatre (cela dépend de comment l'on voit la mise en scène) se donnent corps et âme pour ce drame, cette...

Lire l'article sur la culture depuis saturne

Artistikrezo

Image de la critique de Artistikrezo

dimanche 07 juillet 2019

Comment parler du réel sans pathos

Par Hélène Kuttner

Comment parler du réel sans pathos, dans le plaisir du jeu, au coeur même du public assis autour d’un plateau baigné de lumière ? C’est le pari d’une jeune compagnie de Caen, « La Cohue », qui présente une pièce de Denis Kelly, l’un des auteurs vivants les plus joués actuellement....

Lire l'article sur Artistikrezo

théâtre.com

Image de la critique de théâtre.com

dimanche 07 juillet 2019

Un affrontement triangulaire explosif

Par Audrey Jean

Le collectif La Cohue s’empare de l’écriture incisive de Dennis Kelly pour nous offrir une expérience théâtrale immersive et percutante. “Orphelins” intègre en effet le public dans un affrontement triangulaire explosif, un multiple rapport de force qui terrasse et sert le ventre. Une autopsie du malheur, une analyse à froid de la répétition inéluctable de la misère et du choc de nos désillusions. Au plus près de la violence....

Lire l'article sur théâtre.com

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)