Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « The Чёрный мönch (Le Moine noir) »

The Чёрный мönch (Le Moine noir)

Kirill Serebrennikov (Mise en scène), Ekaterina Antonenko (Direction musicale), Uschi Krosch (Direction musicale), Anton Tchekhov (Texte)

On en parle dans la presse et sur le web

l'écho des planches

Image de la critique de l'écho des planches

vendredi 22 juillet 2022

Désordonner

Par Raphaël Baptiste et Marie Blanc

Marie Blanc, Juliette Meulle et Raf vous propose une série d'épisodes quotidiens inventés au fil du Festival d'Avignon. Ils enregistrent leurs impressions sur les journées et conversent sur les spectacles et les moments vécus. Retour sur le Moine Noir....

Lire l'article sur l'écho des planches

WebThéâtre

Image de la critique de WebThéâtre

samedi 16 juillet 2022

Une adaptation impressionnante

Par Brigitte Coutin

La nouvelle fantastique Le moine noir publiée dans la revue l'Artiste en 1894 aborde le sujet de la folie évoquée par Tchekhov dans plusieurs nouvelles. Dans le texte original, Kovrine, un…...

Lire l'article sur WebThéâtre

Un Fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil pour l'orchestre

mercredi 13 juillet 2022

Comme les variations d’un motif musical

Par Sylvie Boursier

Comme les variations d’un motif musical Kirill Serebrennikov déplie sous trois angles l’histoire du moine noir, éternel retour d’un pacte faustien avec l’au-delà durant une nuit des longs couteaux de damnés dans la cour d’honneur. Il fera date et marquera l’histoire d’Avignon....

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'orchestre

Arts Mouvants

Image de la critique de Arts Mouvants

mercredi 13 juillet 2022

Kirill Serebrennikov délivre une vision dense et éclairée de la nouvelle de Tchekhov.

Par Sophie Trommelen

Kovrine, intellectuel surmené trouve refuge dans la maison de celui qui l’a élevé, Péssôtski. Il s’éprend alors de Tania, la fille de Péssôtski, avec qui il passe ses journées dans les allées du verger. C’est alors que le Moine noir, sorti tout droit de sa légende, lui apparaît. Désigné comme l'élu par le Moine, Kovrine se laisse emporter par l’extase de ces hallucinations. Il sombre alors dans une folie extatique. Marié à Tania qui décide de l’interné, soigné au petit-lait, Kovrine sombre dans une déprime sans fond qui l’empêche de travailler et de redevenir l’intellectuel qu’il était.

Lire l'article sur Arts Mouvants

critiquetheatreclau.com

Image de la critique de critiquetheatreclau.com

mardi 12 juillet 2022

Kirill Serebrennikov figures majeures de la création

Par Claudine Arrazat

« Metteur en scène et réalisateur, Kirill Serebrennikov est l’une des figures majeures de la création contemporaine en Russie. Il a notamment mis en scène des textes de Gorki, d’Ovide, de Shakespeare ou de Pouchkine......

Lire l'article sur critiquetheatreclau.com

M La Scène

Image de la critique de M La Scène

dimanche 10 juillet 2022

Un palympseste au noir

Par Marie-Laure Barbaud

Cour du Palais des papes, Kirill Serebrennikov propose une plongée abyssale dans l’esprit humain, à la recherche de ce qui constitue la folie. Le Moine noir, d’après une nouvelle de Tchekhov, alourdi par son quatrième acte, n’en demeure pas moins intéressant.

Lire l'article sur M La Scène

La Parafe

Image de la critique de La Parafe

vendredi 08 juillet 2022

Le diamant noir de la folie

Par Floriane Toussaint

L’édition 2022 du Festival d’Avignon est inaugurée dans la Cour d’honneur du Palais des Papes avec Le Moine noir. Après Les Métamorphoses d’Ovide, un scénario de Lars von Trier, Les Idiots, et le roman inachevé de Gogol, Les Âmes mortes, le metteur en scène russe s’empare cette fois d’une nouvelle de Tchekhov. Son adaptation, construite comme un crescendo, mène du réalisme au mysticisme, suivant une montée en puissance d’autant plus impressionnan...

Lire l'article sur La Parafe

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

vendredi 08 juillet 2022

Le fiévreux « Moine noir » de Kirill Serebrennikov

Par Fabienne Darge

« Stop the war » : l’injonction s’est inscrite en lettres gigantesques sur fond rouge sang, sur la muraille du Palais des papes, au terme de la représentation du Moine noir, en cette soirée d’ouverture du Festival d’Avignon, jeudi 7 juillet. Et l’on ne sait si le public s’est levé pour saluer cet appel, le metteur en scène russe Kirill Serebrennikov ou son spectacle, d’une indéniable force théâtrale. Tout cela ensemble, sans doute....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Télérama

Image de la critique de Télérama

vendredi 08 juillet 2022

Kirill Serebrennikov enfièvre la Cour d’honneur avec son “Moine noir”

Par Fabienne Pascaud

Entraînant le public dans la folie intérieure de son héros, l’artiste et opposant russe a ouvert le Festival, ce jeudi soir au palais des Papes, avec une frénétique et sompteuse adaptation d’une nouvelle de Tchekhov....

Lire l'article sur Télérama

RFI

Image de la critique de RFI

vendredi 08 juillet 2022

«Le moine noir» époustouflant de Kirill Serebrennikov

Par Siegfried Forster

À l’ouverture du Festival d’Avignon, jeudi 7 juillet, le metteur en scène russe exilé Kirill Serebrennikov a fait régner pendant presque trois heures la folie de la liberté à la Cour d’honneur du Palais des papes....

Lire l'article sur RFI

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)