Accueil de « L'Institut Benjamenta »

On en parle dans la presse et sur le web

Mlascene

Image de la critique de Mlascene

vendredi 02 décembre 2016

Manipuler le manipulateur

Par Marie-Laure Barbaud

…Comment en souhaitant être un zéro , un « beau zéro tout rond » peut-on laminer un univers dédié à la soumission et à la courbette? C’est ce que raconte le roman de Robert Walser, écrivain suisse de langue allemande, admiré de son vivant par Franz Kafka, Robert Musil, Walter Benjamin et Thomas Mann. Jacob von Gunten, un jeune garçon, entre de son plein gré dans un pensionnat pour garçons, l’Institut Benjamenta, après avoir quitté sa famille....

Lire l'article sur Mlascene

Nonfiction.fr

Image de la critique de Nonfiction.fr

dimanche 17 juillet 2016

Le rêve de pureté d'une marionnette

Par Régis Bardon

Quand l’apprentissage de la condition servile se fait nullification et purification de soi : une adaptation extrêmement délicate du roman de Robert Walzer. Un assez beau jeune homme proprement habillé, proprement rasé, la perruque quelque peu broussailleuse, est posé au milieu d'une longue table, comme une potiche. Il a deux bras mais il n'a pas de jambes ; il repose sur sa base ronde, immobile, figé......

Lire l'article sur Nonfiction.fr

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

mercredi 13 juillet 2016

Au nom du fil

Par Olivier Lecomte

Certains spectacles produisent un effet étrange et paradoxal lorsqu’on en revisite le souvenir : il est possible d’en énumérer aisément de multiples aspects plaisants, voire franchement réussis, et pourtant le tout formé laisse un sentiment d’inabouti. « L’Institut Benjamenta » est de ceux-là. De belles images, des idées intéressantes servies par des acteurs/manipulateurs talentueux, et pourtant…...

Lire l'article sur I/O Gazette

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

mardi 12 juillet 2016

« L’Institut Benjamenta » fermé sur lui-même

Par Fabienne Darge

’art de la marionnette est bien présent dans ce Festival d’Avignon. Dans le cadre des Sujets à vif, Renaud Herbin et Célia Houdart d’une part, Jonathan Capdevielle et Laetitia Dosch d’autre part, présentent, La Vie des formes et Les Corvidés. La marionnettiste Bérangère Vantusso, elle, signe une adaptation de L’Institut Benjamenta, livre-culte de l’écrivain suisse Robert Walser, mort en 1956....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Culturebox

Image de la critique de Culturebox

lundi 11 juillet 2016

Acteurs et marionnettes main dans la main

Par Lorenzo Ciavarini Azzi

Il y a du monde sur le plateau de "L’Institut Benjamenta", de Bérangère Vantusso : des comédiens, excellents, jouant un, puis plusieurs rôles à la fois. Et des marionnettes, cinq, dix, quinze… Récit polyphonique de la vie d’un fils à papa dans une école pour domestiques. Esthétique à couper le souffle et questionnement philosophique. Rencontre avec la metteure en scène....

Lire l'article sur Culturebox

Blog Saturne

Image de la critique de Blog Saturne

lundi 11 juillet 2016

Le drame et la mort apparaissent en vague noire

Par Alexis Magenham

«Nous apprenons très peu ici, on manque de personnel enseignant, et nous autres, garçons de l'Institut Benjamenta, nous n'arriverons à rien, c'est-à-dire que nous serons plus tard des gens très humbles et subalternes.» Dès la première phrase, le ton est donné. Jacob von Gunten a quitté sa famille pour entrer de son plein gré dans ce pensionnat où l'on n'apprend qu'une chose : obéir sans discuter. C'est une discipline du corps et de l'âme qui lui...

Lire l'article sur Blog Saturne