Accueil de « Il pourra toujours dire que c'est pour l'amour du prophète »

Il pourra toujours dire que c'est pour l'amour du prophète

+ d'infos sur le texte de Gurshad Shaheman
mise en scène Gurshad Shaheman

On en parle dans la presse et sur le web

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

mercredi 13 février 2019

Les douloureux exils amoureux de Gurshad Shaheman à La Commune

Par Amélie Blaustein Niddam

Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète est l’un des plus gros succès du dernier  festival d’Avignon. Il fait escale en banlieue …...

Lire l'article sur Toutelaculture

L'Alchimie du Verbe

Image de la critique de L'Alchimie du Verbe

lundi 23 juillet 2018

Déplacer et émouvoir...

Par Louise Rulh

Que sans cesse le souffle de ces rêves reste plus fort que ces obstacles, et que ce mouvement reste puissant, malgré son manque de nuance, et qu’il permette un réel déplacement physique et psychologique de ceux qu’il atteint, voilà ce qu’on peut souhaiter au reste de la tournée de ce spectacle....

Lire l'article sur L'Alchimie du Verbe

La Croix

Image de la critique de La Croix

mercredi 18 juillet 2018

Exilés, faute de pouvoir être qui ils sont

Par Paula Boyer

Dans cet oratorio pour le théâtre, le comédien et metteur en scène d’origine iranienne Gurshad Shaheman éclaire le drame des jeunes qui doivent fuir le Maghreb et le Moyen-Orient en raison leur orientation sexuelle....

Lire l'article sur La Croix

L'insensé

Image de la critique de L'insensé

mardi 17 juillet 2018

Les sons du packaging

Par Chloé Larmet

Créée avec la dernière promotion de l’Ecole régionale d’acteurs de Cannes-Marseilles et présentée au Gymnase du Lycée Saint Joseph au Festival d'Avignon IN, la pièce de Gurshad Shaheman s’annonce comme un « oratorio théâtral » performatif où paroles d’exilés, de jeunes comédiens et composition électro-acoustique se mêlent....

Lire l'article sur L'insensé

Politis.fr

Image de la critique de Politis.fr

lundi 16 juillet 2018

Exilés de l'intérieur

Par Anaïs Héluin

L'artiste iranien Gurshad Shaheman croise subtilement deux thèmes centraux du festival d'Avignon 2018 : la migration et le genre....

Lire l'article sur Politis.fr

RTBF Culture

Image de la critique de RTBF Culture

dimanche 15 juillet 2018

Une exploration du "genre", un des fils rouges du festival. Entre document et art.

Par Christian Jade

C’est un "concert documentaire" affirme son auteur, le Français d’origine iranienne, Gurshad Shaheman pour décrire son témoignage très esthétique sur les immigrés de Calais avec un seul angle, la communauté LGTB. Ici, dit Shaheman, "la théâtralité est d’abord dans la musique de Lucien Gaudion"....

Lire l'article sur RTBF Culture

Inferno

Image de la critique de Inferno

samedi 14 juillet 2018

Oratorio bouleversant

Par Yves Kafka

Si dans « Pourama Pourama » – trilogie constituée de trois volets emboîtés les uns dans les autres « Touch me, Taste me, Trade me » – l’artiste performer iranien Gurshad Shaheman, seul sur le plateau, nous avait littéralement embarqués dans sa propre histoire – faite de sensualité à fleur de peau, de blessures et de belles amours, d’exils et de nouveaux départs, lui qui est né dans l’Iran des années de guerre -, sa nouvelle création est tout autant poignante, tout aussi « essentielle ». Elle met en jeu non plus ses propres mots,

Lire l'article sur Inferno

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

samedi 14 juillet 2018

L’oratorio fantôme de Gurshad Shaheman

Par Christophe Candoni

Après son triptyque autofictionnel "Pourama Pourama", l’artiste iranien Gurshad Shaheman quitte le plateau dans Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète pour mettre en scène d’autres voix d’exilés. Il imagine pour cela un étonnant oratorio où guerre et amour résonnent à l’unisson....

Lire l'article sur Sceneweb

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

vendredi 13 juillet 2018

Avignon croise les routes de l’amour et de l’exil

Par Brigitte Salino

L’Iranien Gurshad Shaheman entrelace avec brio des récits recueillis à Calais, en particulier dans la communauté LGBT. La voilà, la bonne surprise que l’on attendait à Avignon : elle s’appelle Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète, et c’est une création de Gurshad Shaheman, dont on n’a pas fini de parler. Acteur, auteur et metteur en scène, né en Iran en 1978,...

Lire l'article sur Le Monde.fr

Figaro

Image de la critique de Figaro

vendredi 13 juillet 2018

Festival d'Avignon : Gurshad Shaheman, le conteur aux yeux persans

Par Armelle Héliot

Écrivain, metteur en scène d'origine iranienne, il a recueilli les récits d'hommes et de femmes qui ont du fuir leur pays. L'amour est le secret de ces vies recomposées....

Lire l'article sur Figaro