Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Habiter le temps »

Habiter le temps

mise en scène Michel Didym

:Présentation

Dans un rapport très personnel à la tradition dramatique scandinave Rasmus Lindberg nous pose cette question : dans quelle mesure notre destin est-il écrit par notre hérédité ?
Dans cette pièce où cohabitent trois générations, un drame va se jouer, au sein d’une vaste maison au coeur de la foret de Kolmården. Nous sommes simultanément en 1913, 1968 et 2018. Ces différents temps ne sont pas tout à fait étanches et quelque chose s’entend, quelque chose se perçoit du passé. Le génie de Lindberg est de nous faire vivre un thriller haletant à travers ces trois époques. Ne dit-on pas d’un lieu qu’il est « habité » ? Les membres de la famille ne sont pas des spectres évanescents, ils sont là et bien là, incarnés, habitants du passé de la maison dans laquelle ils ont vécu, se sont aimés et déchirés.
Ces personnages qui se croisent sans se voir se répondent pourtant car il y a des blessures qui persistent.
Écriture polyphonique dans la grande tradition des auteurs nordiques (Strindberg, Ibsen, Bergman, Norén), la pièce est une merveille d’horlogerie. Entre mensonges et réinventions du passé, entre rêves et réalité, la vérité se trouble. Il appartient au spectateur de se faire sa propre opinion sur la vérité de cette saga familiale à tiroirs, pétillante sonate de transmissions.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.