Rechercher
 
Partager cette page » 
 
 
 

Dans En ordre de Bataille, il y a de tout pour faire un monde : « père et mère », « bonne et fils » et Georges Bataille.
Georges Bataille est le plus grand de tous les philosophes : divin contre Dieu, amoureux contre l'Amour, souverain contre la Souveraineté. Georges Bataille est caché dans cette pièce de théâtre, cette pièce de théâtre est dans Georges Bataille. Car il y a de la place pour vivre, habiter et penser à l'intérieur de Georges Bataille. Il y a, de fait, toute une famille qui vit là, chez Georges Bataille.

C'est donc une histoire de famille, l'histoire d'une belle, grande et grosse famille (La mère contre Dieu, la bonne contre l'Amour et le père contre la Souveraineté) avec du sang, des larmes, du sperme, de la fureur et des légumes (l'éthique est en effet une diététique).

Dans cette pièce de théâtre, pour résumer, le matérialisme est vivant, il est hygiénique, gentiment athée et grossièrement moral. On ne saurait parler à moins des familles de France. Comme de bien entendu.

Alain Jugnon

Production : Théâtre Les Ateliers

© Stéphane Bourgeaud-Lignot

Mireille Dutrievoz (Création lumières) , Eric Dutrievoz (Création son) , Yi-Ping Yang (Musique) Natacha Costechareire (assistante costumière) et la participation de Jean-Jules Bertin