Accueil de « Brandhout, Een irritatie (Bois à brûler. Une irritation) »

:La Pièce

Au milieu des années 80, Thomas Bernhard (1931-1989) consacra une trilogie à l'art : Der Untergeher (1983), un texte sur le pianiste Glenn Gould, Alte Meister (1984) sur la peinture et Holzfällen (1985) sur le théâtre. Douze ans après le monologue Oude Meesters, d'après le deuxième volet de la trilogie, Damiaan De Schrijver et Jolente De Keersmaeker pensent que le temps est venu de proposer un nouveau soliloque. Il s'agit de Brandhout. Een irritatie d'après Holzfällen. Eine Erregung.

Les critiques incessantes de Bernhard sur l'Autriche et ses habitants provoquèrent nombre de scandales et lui valurent plusieurs procès. Le roman Holzfällen fut banni immédiatement après son impression. Bernhard se vengea en stipulant dans son testament que ses pièces ne pourraient pas être représentées en Autriche jusque cinquante ans après sa mort. Autrement dit, le public autrichien ne verrait aucune pièce de Bernhard jusque 2038. Cette clause fut cependant annulée plus tard.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.