theatre-contemporain.net

Photo de Robert Lepage

Robert Lepage

Canada – Né(e) en 1957

Suivre aussi Robert Lepage sur :

Ajoutez un lien vers twitter, facebook, linkedin, instagram

Présentation

Artiste multidisciplinaire, Robert Lepage exerce avec une égale maîtrise les métiers d’auteur dramatique, de metteur en scène, d’acteur et de réalisateur. Salué par la critique internationale, il crée et porte à la scène des oeuvres originales qui bouleversent les standards en matière d’écriture scénique, notamment par l’utilisation de nouvelles technologies. Il puise son inspiration dans l’histoire contemporaine et son oeuvre, moderne et insolite, transcende les frontières.

Robert Lepage est né à Québec en 1957. Très tôt, il se découvre une passion pour la géographie, et attiré par toutes les formes d’art, il en vient à s’intéresser au théâtre. En 1975, alors âgé de 17 ans, il entre au Conservatoire d’art dramatique de Québec. Il effectue un stage à Paris en 1978 et à son retour, il participe à plusieurs créations dans lesquelles il cumule les rôles de comédien, d’auteur et de metteur en scène. Deux ans plus tard, il se joint au Théâtre Repère.

En 1984, il crée la pièce Circulations qui sera présentée partout au Canada et qui recevra le prix de la meilleure production canadienne, lors de la Quinzaine internationale de théâtre de Québec. C’est l’année suivante qu’il crée La Trilogie des dragons, spectacle qui lui vaudra une reconnaissance internationale. Viennent ensuite Vinci (1986), Le Polygraphe (1987) et Les Plaques tectoniques (1988). En 1988, il fonde sa propre société de gestion professionnelle, Robert Lepage inc. (RLI).

De 1989 à 1993, il occupe le poste de directeur artistique du Théâtre français du Centre national des Arts à Ottawa. Parallèlement à cette nouvelle fonction, il poursuit sa démarche artistique en présentant Les Aiguilles et l’opium (1991-1993/1994-1996), Coriolan, Macbeth, La Tempête (1992-1994) et A Midsummer Night’s Dream (1992), pièce qui lui permet de devenir le premier Nord-Américain à diriger une pièce de Shakespeare au « Royal National Theatre » de Londres.

L’année 1994 marque une étape importante dans la carrière de Robert Lepage avec la fondation d’une compagnie de création multidisciplinaire, Ex Machina, dont il assume la direction artistique. Cette nouvelle équipe présentera coup sur coup Les Sept Branches de la rivière Ota (1994), Le Songe d’une nuit d’été (1995) ainsi que le spectacle solo Elseneur (1995). Toujours en 1994, il touche pour la première fois au septième art. Il aborde le cinéma en scénarisant et réalisant le long métrage Le Confessionnal, présenté l’année suivante à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes. Par la suite, il réalise Le Polygraphe (1996), (1997), Possible Worlds (2000) un premier long métrage en version originale anglaise et enfin, il réalise en 2003 l’adaptation de sa pièce La Face cachée de la Lune.

C’est sous son impulsion que le centre de production pluridisciplinaire la Caserne voit le jour en juin 1997, à Québec. Dans ces nouveaux locaux, Robert Lepage et son équipe créent et produisent La Géométrie des miracles (1998), Zulu Time (1999), La Face cachée de la Lune (2000), La Casa Azul (2001), une nouvelle version de La Trilogie des dragons avec de nouveaux acteurs (2003), The Busker’s Opera (2004), Le Projet Andersen (2005), Lipsynch (2007), Le Dragon bleu (2008) et Éonnagata (2009).

Sa renommée lui vaut plusieurs invitations qui lui permettent d’appliquer sa démarche artistique à d’autres disciplines. En 1993, il signe la mise en scène de la tournée mondiale du spectacle de Peter Gabriel, The Secret World Tour. En 2000, il participe à l’exposition Métissages au Musée de la civilisation de Québec. En 2002, il fait à nouveau équipe avec Peter Gabriel pour le spectacle Growing Up Tour. Il collabore avec le Cirque du Soleil en assumant la conception et la mise en scène de (2005), un spectacle permanent à Las Vegas, et TOTEM (2010), un spectacle sous grand chapiteau qui effectuera une tournée mondiale. Dans le cadre des festivités entourant le 400e anniversaire de la ville de Québec en 2008, Robert Lepage et Ex Machina créent la plus grande projection architecturale jamais réalisée : Le Moulin à images MC. En 2009, Aurora Borealis, un éclairage permanent qui s’inspire des véritables couleurs des aurores boréales a été créé sur le même site.

Robert Lepage fait une entrée remarquée dans le monde de l’opéra alors qu’il met en scène avec succès le programme double : Le Château de Barbe-Bleue et Erwartung (1993). Sa présence sur la scène lyrique se poursuit avec La Damnation de Faust présenté pour la première fois au Festival Saito Kinen de Matsumoto au Japon (1999), puis à l’Opéra national de Paris et au Metropolitan Opera de New York. Il compte parmi ses réalisations à l’opéra : 1984 basé sur le roman de Georges Orwell et dont Maestro Lorin Maazel assure la direction musicale (2005), The Rake’s Progress (2007) et Le Rossignol et autres fables présenté en grande première à la Canadian Opera Company de (2009), au Festival d’Aix-en-Provence et à l’Opéra de Lyon en 2010. Das Rheingold, prologue du Ring de Wagner, a été créé en septembre 2010 au Metropolitan Opera et le cycle s’étalera sur les saisons 2010-11 et 2011-12.

Rappelons que l’oeuvre de Robert Lepage est couronnée de nombreux prix. Parmi les plus prestigieux, il reçoit en 1999 la Médaille des officiers de l’Ordre national du Québec. En septembre 2000, il est le lauréat du Prix de La SORIQ (La Société des relations internationales de Québec) pour le rayonnement de ses créations hors Québec. En octobre 2001, il est honoré par l’Association des « World Leaders » au Harbourfront Centre, ce qui souligne une fois de plus l’étendue de sa carrière internationale. En 2002, la France lui rend hommage en lui octroyant la Légion d’honneur. Il est nommé Grand Québécois par la Chambre de commerce de l’agglomération de Québec et devient récipiendaire du « Herbert Whittaker Drama Bench Award » pour sa contribution exceptionnelle au théâtre canadien. L’année suivante, il reçoit le prix Denise-Pelletier, la plus haute distinction accordée par le gouvernement du Québec dans le domaine des arts de la scène, ainsi que le prix Gascon-Thomas décerné par l’École nationale de théâtre. C’est en 2004 qu’il se voit attribuer le prix Hans-Christian-Andersen remis à un artiste exceptionnel qui contribue à honorer Hans Christian Andersen à l’international. En 2005, il est honoré du prix Samuelde- Champlain remis par l’Institut France-Canada pour son apport à la culture française, et du prix Stanislavski pour sa contribution au théâtre international et le rayonnement des productions La Trilogie des dragons, Les Sept Branches de la rivière Ota et The Busker’s Opera. En 2007, le Festival de l’Union des Théâtres de l’Europe lui remet le prestigieux prix Europe précédemment décerné, notamment, à Ariane Mnouchkine et Bob Wilson. La production de La Face cachée de la Lune est nommée gagnante d’un Golden Mask dans la catégorie « Meilleure production étrangère présentée en Russie en 2007 » par le Golden Mask Festival of Russian Performing Arts. En 2009, il reçoit le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène pour sa contribution exceptionnelle à la scène culturelle canadienne tout au long de sa carrière.

Masquer la bannière