Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Magalie Nadaud

France

Dernières critiques

Image de La Cerisaie

Sceneweb

mercredi 06 février 2019

Nicolas Liautard élague La Cerisaie

Par Vincent Bouquet

Épaulé par Magali Nadaud, le metteur en scène présente une version revue et modernisée du chef d’œuvre de Tchekhov. Si elle ne manque pas de vitalité, leur proposition n’atteint jamais le bouleversement des cimes....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de La Cerisaie

La Terrasse

jeudi 24 janvier 2019

Une représentation qui actualise la langue

Par Agnès Santi

Ultime pièce d’Anton Tchekhov, La Cerisaie se situe à la charnière de deux mondes. Ni dans une nostalgie béate ni dans l’idée d’un futur prometteur, l’immense auteur complexifie et densifie le présent, à la fois concret et insaisissable, nourri de rêves secrets et de désillusions, d’élans joyeux et de tristesse....

Lire l'article sur La Terrasse

Image de La Cerisaie

Théâtre du blog

mercredi 23 janvier 2019

Voilà une belle Cerisaie pudique et sans coquetterie

Par Christine Friedel

À chacun sa Cerisaie… Cette propriété magnifique avec ses hectares de cerisiers en fleurs: «Regardez, tout est blanc!» avec aussi cette maison encore chaude de nombreux souvenirs et qu’il faudra démolir! Et pourquoi? Parce que la vie passe et que les temps et les générations changent ! Tchekhov évoque comme personne le passage à un monde moderne qui nous arrache presque en douceur, à l’ancien....

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de La Cerisaie

Toutelaculture

vendredi 18 janvier 2019

Une réussie et renouvelée Cerisaie fidèle à Anton Tchekhov

Par David Rofé-Sarfati

Nicolas Liautard et Magalie Nadaud montent dans la grande salle de la Tempête, La Cerisaie. Ils réinventent pour notre plus grand plaisir la dernière pièce …...

Lire l'article sur Toutelaculture

Image de Trahisons

Webthéâtre

vendredi 26 janvier 2018

Trahison : l'envers du décor

Par Jean Chollet

Pour monter cette pièce du Prix Nobel de Littérature 2005, créée en 1978 au Royal National Theatre de Londres, Nicolas Liautard, maître d’œuvre de cette nouvelle version, a procédé à une nouvelle traduction en français, placée sous le titre Trahison, effaçant le pluriel généralement utilisé, pour être plus fidèle au titre anglais original Betrayal....

Lire l'article sur Webthéâtre

Image de Trahisons

La Terrasse

jeudi 25 janvier 2018

"Trahison", entre incarnation et distanciation

Par Agnès Santi

Nicolas Liautard met en scène et interprète avec Fabrice Pierre et Marie-Hélène Roig la partition de Pinter qui se déploie en flash-back successifs. Dans un entre-deux entre incarnation et distanciation....

Lire l'article sur La Terrasse

Image de Il faut toujours terminer qu’est-ce qu’on a commencé (Le Mépris)

Les Trois Coups

dimanche 08 mars 2015

Godard, es-tu là ?

Par Aurélie Plaut

Dans une fable conjugale librement inspirée du « Mépris », Nicolas Liautard guide le spectateur dans les méandres de l’amour et de l’art. Un voyage initiatique aux escales édifiantes et un bel hommage à l’esthétique cinématographique de la Nouvelle Vague....

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de Il faut toujours terminer qu’est-ce qu’on a commencé (Le Mépris)

A l'intérieur de la maison en verre

samedi 25 janvier 2014

un beau défi

Par Lamaisonenverre

Nicolas Liautard a relevé, dans cette production, un beau défi : comment rendre hommage à une oeuvre romanesque (Le Mépris de Moravia) ou à une oeuvre cinématographique (Le Mépris de Godard), sans chercher à lui être tout à fait fidèle, sans tomber dans la pâle copie, sans oublier que l’art dramatique est autre chose ?...

Lire l'article sur A l'intérieur de la maison en verre

Image de Il faut toujours terminer qu’est-ce qu’on a commencé (Le Mépris)

La Terrasse

vendredi 10 janvier 2014

A partir des histoires q

Par Agnès Santi

A partir des histoires qui nourrissent Le Mépris (roman et film), Nicolas Liautard, directeur artistique de La Scène Watteau à Nogent, parvient à construire une œuvre captivante, une sorte de chambre d’échos qui questionne personnages et spectateurs avec acuité et humour....

Lire l'article sur La Terrasse

Image de Il faut toujours terminer qu’est-ce qu’on a commencé (Le Mépris)

Webthea

vendredi 10 janvier 2014

Fusion de l’art et des sentiments

Par Jean Chollet

Les associations cinéma et théâtre n’ont pas toujours été suivies de réussite, souvent parce que le second tentait de reproduire artificiellement des images du premier. Rien de tel avec la réalisation de Nicolas Liautard qui se situe dans l’expression d’un vocabulaire théâtral sans artifices ni références....

Lire l'article sur Webthea