theatre-contemporain.net

Photo de Claude Régy

Claude Régy

France

Présentation

Claude Régy est né en 1923.

Adolescent, la lecture de DostoÏevski «agit en lui, comme un coup de hache qui brise une mer gelée». Après des études de sciences politiques, il étudie l’art dramatique auprès de Charles Dullin, puis de Tania Balachova. En 1952, sa première mise en scène est la création en France de Dona Rosita de Garcia Lorca. Très vite, il s’éloigne du réalisme et du naturalisme psychologiques, autant qu’il renonce à la simplification du théâtre dit «politique». Aux antipodes du divertissement, il choisit de s’aventurer vers d’autres espaces de représentation, d’autres espaces de vie : des espaces perdus.

Ce sont des écritures dramatiques contemporaines — textes qu’il fait découvrir le plus souvent — qui le guident vers des expériences limites où s’effondrent les certitudes sur la nature du réel.

Claude Régy a créé en France des pièces de Heinrich von Kleist, Harold Pinter, Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, Edward Bond, Peter Handke, Botho Strauss, Maurice Maeterlinck, Gregory Motton, David Harrower, Jon Fosse, Sarah Kane.

Il a dirigé Philippe Noiret, Michel Piccoli, Delphine Seyrig, Michel Bouquet, Jean Rochefort, Madeleine. Renaud, Pierre Dux, Maria Casares, Alain Cuny, Pierre Brasseur, Michael Lonsdale, Jeanne Moreau, Gérard Depardieu, Bulle Ogier, Christine Boisson,Valérie Dréville, Isabelle Huppert…

Il crée en septembre 2007, au Théâtre National de l’Odéon à Paris, Homme sans but du Norvégien Arne Lygre, dans une traduction de Terje Sinding.

Au-delà du théâtre, qui selon lui ne commence qu’en s’éloignant du spectacle, Claude Régy écrit un long poème, fragile et libre, dans la vastitude et le silence, irradié par le noyau incandescent de l’écriture.

Un poème nocturne pour une lumière oubliée.

Mises en scène

Découvreur d’écritures contemporaines, étrangères et françaises, Claude Régy est un des premiers à avoir mis en scène des oeuvres de Marguerite Duras (1960), Nathalie Sarraute (1972), Harold Pinter (1965), James Saunders (1966), Tom Stoppard (1967), Edward Bond (1971), David Storey (1972), Peter Handke (1973), Botho Strauss (1980), Wallace Stevens (1987), Victor Slavkine (1991), Gregory Motton (1992), Charles Reznikoff (1998), Jon Fosse (1999), David Harrower (2000).

Il a également travaillé à la Comédie Française : Ivanov d’Anton Tchekhov en 1985, Huis clos de Jean-Paul Sartre en 1990. Il a mis en scène des opéras : Passaggio de Luciano Berio (1985), Les Maîtres-chanteurs de Nuremberg de Wagner (1990) au Théâtre du Châtelet, Jeanne d’Arc au bûcher de Paul Claudel et Arthur Honegger (1991) à l’Opéra de Paris-Bastille.

En 1995 Paroles du Sage (L’Ecclésiaste retraduit de la Bible par le linguiste Henri Meschonnic).

En 1997 La Mort de Tintagiles de Maurice Maeterlinck.

Puis création de Holocauste du poète américain Charles Reznikoff, au Théâtre National de la Colline et en tournée durant toute l’année 1998.

Saison 1999/2000, deux créations successives au Théâtre Nanterre Amandiers : Quelqu’un va venir du Norvégien Jon Fosse (Festival d’Automne à Paris) et Des couteaux dans les poules du jeune Ecossais David Harrower.

Janvier 2001 création de Melancholia-théâtre, extraits du roman de Jon Fosse Melancholia I (Théâtre National de la Colline à Paris, puis tournée à Caen, Rennes et Belfort).
La même année au KunstenFestival des Arts, création d’une oeuvre musicale, Carnet d’un disparu de Léos Janacek, d’abord à Bruxelles, puis au Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence, au Théâtre Nanterre Amandiers/Théâtre&Musique et au Carré Saint-Vincent d’Orléans.

Le dernier texte de Sarah Kane, 4.48 Psychose est créé en octobre 2002, avec Isabelle Huppert, au Théâtre des Bouffes du Nord, avant de tourner à Caen, Gérone, Genève, Lorient, Lisbonne, Anvers, Lyon, Rennes, Sao Paulo, puis en 2005 à Montpellier, Los Angeles, New York, Montréal, Berlin, Luxembourg et Milan.

En octobre 2003 création d’une nouvelle pièce de Jon Fosse, Variations sur la mort, au Théâtre National de la Colline.

En janvier 2005 création, avec la comédienne Valérie Dréville, de Comme un chant de David, 14 psaumes de David retraduits par Henri Meschonnic (Théâtre National de Bretagne - Rennes, MC2: - Grenoble, De Singel - Anvers, puis de janvier à mars 2006, Théâtre National de la Colline - Paris et CDN de Normandie-Caen).

En septembre 2007 création de «Homme sans but» du jeune écrivain norvégien Arne Lygre, à l’Odéon – Théâtre de l’Europe (ateliers Berthier), puis en tournée : Genève, Lyon, Anvers, Montréal.

Après sa création en juin 2009 au Théâtre Vidy-Lausanne, «Ode maritime» sera présenté au Festival d’Avignon en juillet 2009, puis en tournée de janvier à mai 2010.

Il crée à l'automne 2010 "Brume de dieu" à partir du roman de Tarjei Vesaas "Les Oiseaux", au TNB - Rennes, puis à Paris (Festival d'Automne), Épinal, Vire, Tours, Toulouse, spectacle repris pendant la saison 2011-12 à Paris (Festival d'Automne), Orléans, Cherbourg, Brest, Angers, Aixen-Provence, Bruxelles et Marseille.

En septembre 2012, poursuivant l'exploration de l'œuvre de Tarjei Vesaas, création de "La Barque le soir" à l'Odéon-Théâtre de l'Europe (Festival d'Automne à Paris), puis à Toulouse, Reims, Lorient, Orléans, et reprise à l'automne 2013 à Paris et Aix-en-Provence, puis en 2014 aux Wiener Festwochen, en 2015 à Oslo, en 2016 à Nanterre-Amandiers et Almada (Portugal).

En juin 2013 il crée à Shizuoka (Japon) "Intérieur" de Maurice Maeterlinck, en langue japonaise, avec des acteurs japonais du Shizuoka Performing Arts Center. Ce spectacle est repris en 2014 dans plusieurs Festivals Européens (Vienne, Bruxelles, Avignon, Paris). En septembre 2015 il est présenté pour l'inauguration de l'Asia Arts Theater à Gwangju (Corée du sud) avant de retourner au Japon (Yokohama, Shizuoka).

En 2016 il réalise sa dernière création : un poème en prose de l'Autrichien Georg Trakl, "Rêve et folie".

Chaque écriture nouvelle réinvente un autre théâtre.

Publications

Espaces perdus - Plon 1991, réédition Les Solitaires Intempestifs 1998
L’Ordre des morts - Les Solitaires Intempestifs 1999 (Prix du Syndicat de la critique 2000 - meilleure publication sur le théâtre)
L’État d’incertitude - Les Solitaires Intempestifs 2002
Au-delà des larmes - Les Solitaires Intempestifs 2007
La Brûlure du monde (livre et CD) - Les Solitaires Intempestifs 2011
Dans le désordre- Actes Sud 2011
Du régal pour les vautours (livre et CD) - Les Solitaires Intempestifs, 2016

Commentaire dramaturgique :
La Mort de Tintagiles, Maurice Maeterlinck / collection «Répliques» - Babel / Actes Sud 1997

Filmographie

Comme réalisateur :
Nathalie Sarraute - Conversations avec Claude Régy — La Sept / INA 1989

A propos de son travail :
Mémoire du Théâtre “Claude Régy” — INA 1997
Claude Régy - le passeur — réalisation Elisabeth Coronel et Arnaud de Mézamat, Abacaris films / La Sept Arte 1997
Claude Régy, par les abîmes — réalisation Alexandre Barry, Arte / One time 2003
Claude Régy, la brûlure du monde — réalisation Alexandre Barry, Local Films 2005

Masquer la bannière