Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Anna Van Brée

Suisse

Dernières critiques

Image de Perdre son sac

I/O Gazette

mercredi 04 septembre 2019

Bac+5, laveuse de vitres

Par Daphné Bengoa

Un timbre de velours, grave, habité, envoûtant. Une silhouette longiligne, ciselée, androgyne, gracieuse dans ses vêtements de sport. Elle s’adresse à nous, ses gestes sont dignes, tendus, puissants. Postée derrière la paroi vitrée qui traverse la scène de part en part, un manche télescopique à la main, elle nous raconte ses études brillantes, son père......

Lire l'article sur I/O Gazette

Image de Perdre son sac

La Pépinière

mardi 03 septembre 2019

Un monologue comme un cri du cœur

Par Fabienne Imhof

"Entre force et fragilité, Lola Giouse parvient à rendre toute sa complexité et sa profondeur au texte de l’auteur, portée par une mise en scène millimétrée de Denis Maillefer, grâce à une justesse et une sincérité rare. Les mots claquent et résonnent, comme un cri du cœur."...

Lire l'article sur La Pépinière

Image de Perdre son sac

Le Temps

lundi 02 septembre 2019

A La Bâtie, les nuits sacrées des acteurs

Par Alexandre Demidoff

Coup sur coup, deux spectacles magnifient la vérité du geste. Après les fabuleux comédiens de «Tous des oiseaux», c’est au tour de la jeune Lola Giouse de frapper sur un bon texte de Pascal Rambert à la Comédie de Genève...

Lire l'article sur Le Temps

Image de Perdre son sac

Le Temps

mercredi 28 août 2019

Pascal Rambert: «Si je n’écris pas, je meurs»

Par Alexandre Demidoff

L’auteur admiré de «Clôture de l’amour» écrit sur mesure pour les acteurs. Il offre ainsi à la jeune comédienne Lola Giouse un monologue qui devrait frapper en ouverture de La Bâtie - Festival de Genève...

Lire l'article sur Le Temps

Image de Love is a river

Le Bruit du off tribune

lundi 13 mai 2019

« Love is a river », comme une longue rivière parresseuse

Par Culturieuse

Dans la semi-obscurité de la salle qui s’emplit peu à peu de spectateurs, je distingue une salle à manger limitée par deux parois en forme de L. Une silhouette féminine, debout, me tourne le dos. Les quatre autres m’apparaitront progressivement. Le sol du plateau, lisse et brillant, est recouvert d’eau.

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

Image de Change l'état d'agrégation de ton chagrin ou qui nettoie les traces de ta tristesse ?

rts.ch

jeudi 26 avril 2018

Le deuil manié avec humour par l'auteure zurichoise Katja Brunner

Par Thierry Sartoretti

A Genève jusqu’au 13 mai, le Théâtre de Poche présente "Change l’état d’agrégation de ta tristesse". Une pièce sur le suicide d’un adolescent et sur le deuil. La révélation en français d’une auteure zurichoise majeure: Katja Brunner. Le chagrin peut prendre trois formes: solide, liquide ou gazeux. Appelons ça la science des sentiments, l’auteure zurichoise Katja Brunner est une experte en la matière....

Lire l'article sur rts.ch

Image de Change l'état d'agrégation de ton chagrin ou qui nettoie les traces de ta tristesse ?

Le Temps

mercredi 25 avril 2018

A Genève, une pièce tsunami évoque le suicide adolescent

Par Marie-Pierre Genecand

Brillante auteure zurichoise, Katja Brunner, 26 ans, est mise en scène au Poche par Anna Van Brée. Une parole tsunami qui fesse l’artificialité de la société...

Lire l'article sur Le Temps

Image de Juste la fin du monde

letemps.ch

mardi 16 janvier 2018

Jean-Luc Lagarce, un mort très vivant

Par Marie-Pierre Genecand

Au Théâtre Pitoëff, à Genève, Nathalie Cuenet donne une vision incarnée et concrète de «Juste la fin du monde», œuvre testamentaire de l’auteur français. Passionnant...

Lire l'article sur letemps.ch

Image de Ivanov

Carnet d'art

vendredi 25 novembre 2016

L'amour comme force politique

Par Kristina d'Agostin

Un Ivanov moderne et décomplexé mis en scène par Emilie Charriot...

Lire l'article sur Carnet d'art

Image de Ivanov

L'Atelier critique

mercredi 23 novembre 2016

Traces

Par Josefa Terribilini

Le vide, le brut, c’est la tragédie de l’existence, à l’image du plateau de l’Ivanov d’Emilie Charriot. L’espace est creux et sombre, seulement taché d’éclairage blême. Les constructions sont effacées : pas de décors, pas de coulisses. Simplement quelques acteurs en noir ou blanc qui parlent et hantent une scène qui les dévore de son néant. Ils essaient, avec leurs mots, de la remplir, cette scène. Et puis ils sortent. Ou meurent.

Lire l'article sur L'Atelier critique