Couverture de L'Ogrelet

L'Ogrelet

de Suzanne Lebeau


L'Ogrelet :Extrait

SCÈNE 1 : la rentrée

C’est le jour de la rentrée. L’Ogrelet est vêtu de neuf, il porte des culottes courtes et une chemise repassée.
Il est grand et ses jambes nues sont celles d’un homme.
Sa mère est en train de mettre cahiers et crayons dans un sac d’école.

Mère de l’Ogrelet.- Redis-moi la date de ton anniversaire, mon petit ?

l’Ogrelet.- Le 3 décembre, maman.

Mère de l’Ogrelet.- Dis-moi maintenant : quel âge tu as eu le 3 décembre dernier ?

l’Ogrelet.- Six ans, maman.

Mère de l’Ogrelet.- Que fais-tu si la maîtresse te dit : « Tu es trop grand pour venir à l’école » ?

l’Ogrelet.- Je lui réponds : « Tous les enfants de six ans ont droit à l’école libre et gratuite. » Qu’est-ce que ça veut dire, maman, « libre et gratuite » ?

Mère de l’Ogrelet.- Que tous les enfants de six ans, sans exception, doivent aller à l’école… Et que l’école doit les accepter. Que dis-tu après « libre et gratuite » ?

l’Ogrelet.- Si vous ne me croyez pas, écrivez un mot à maman, elle est à la maison. Nous n’avons pas le téléphone, mais elle…

Mère de l’Ogrelet.- … Elle vous expliquera notre situation. Tu sauras le dire ?

l’Ogrelet.- Oui, maman.

Mère de l’Ogrelet.- (lui tendant son sac d’école) Tu ne mets pas les doigts dans ton nez, tu écoutes la maîtresse, tu réponds « oui madame », « non madame » et tu regardes le tableau.

l’Ogrelet.- C’est quoi un tableau ?

Mère de l’Ogrelet.- Tu le reconnaîtras en le voyant. Voilà ton goûter et ton déjeuner, mon Ogrelet. Demande à la maîtresse de manger seul dans la classe… les premiers jours. Dis-lui que ce serait mieux pour toi.

l’Ogrelet.- Tu me l’as déjà dit, maman. Je ne pourrai pas jouer au ballon comme les enfants du livre que tu me lis le soir pour m’endormir ?

Mère de l’Ogrelet.- Attends de connaître les jeux et la fragilité des enfants pour jouer avec eux. Tu es tellement fort et tellement grand. Tu pourrais les blesser sans le vouloir.

l’Ogrelet.- A ce soir, maman.

Mère de l’Ogrelet.- Ne t’attarde pas après la classe, ni dans le village, ni dans la forêt.

l’Ogrelet.- Pour aller, je marche droit devant et je regarde le soleil monter dans le ciel. Pour revenir, je marche encore droit devant mais je regarde le soleil se coucher derrière la montagne.

Mère de l’Ogrelet.- Tu seras un bon élève, mon petit. Va vite maintenant si tu ne veux pas être en retard le jour de la rentrée.

L’Ogrelet et sa mère s’embrassent tendrement. Elle le regarde partir. L’Ogrelet revient sur ses pas.

l’Ogrelet.- J’oubliais les fleurs pour la maîtresse.

Mère de l’Ogrelet.- Bonne journée, mon Ogrelet. Le petit part seul sur la route, sa mère sur le pas de la porte, agite la main. Mon petit Ogrelet,
Je l’ai nourri de lait
Gavé de carottes et de navets
De bleuets sauvages
De gelée de roses.
Jamais il n’a senti l’odeur du sang frais.
Jamais il n’a tenu un os dans ses mains
Pas même les petits os de poulet.
Jamais il n’a goûté à de la viande crue.
Il est prêt pour l’école
Et son envie de lire est si grande.

l’Ogrelet.- Je saurais lire et compter les jours et les années. J’irai au marché du village avec maman. Je porterai les paquets encombrants parce que je suis grand d’avoir eu six ans à la première neige.


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.

bannière publicitaire du bas de page
Masquer la bannière