Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « True copy »

True copy

Yves Degryse (Conception), Bart Baele (Conception)


:Présentation

'''Le seul à ne jamais jouir de reconnaissance est le faussaire. Sauf s’il est démasqué.''' Geert Jan Jansen dans ''Perhaps All The Dragons''.

Le 6 mai 1994, les gendarmes font irruption sur le domaine de Geert Jan Jansen en France et y découvrent plus 1600 oeuvres de grands maîtres comme Picasso, Dalí, Appel, Matisse et Hockney. Un détail frappant : la plupart de ces toiles se révèlent avoir été peintes par le Néerlandais. Pendant plus de vingt ans, Geert Jan Jansen a mené le monde de l’art en bateau et de manière tellement convaincante que Picasso et Appel, sans se douter de rien, ont allègrement signé des certificats d’authenticité pour des oeuvres de sa facture.

À ce jour, quelques tableaux de sa main sont encore accrochés aux cimaises de musées du monde, sans que quiconque se doute qu’il s’agit en fait de contrefaçons de Geert Jan Jansen. Une faute d’orthographe dans un certificat qu’il rédige pour une oeuvre réalisée « dans le style de Chagall » lui assène le coup de grâce. Appréhendé par un commissaire de police allemand, il devient du jour au lendemain l’un des escrocs les plus célèbres du monde de l’art.

Après le spectacle Perhaps All The Dragons… de Berlin, dans lequel Geert Jan Jansen apparaît déjà comme l’un des trente narrateurs, True Copy lui offre la scène à lui tout seul. Dans l’ombre des grands maîtres, il perfectionne son savoir-faire au fil des années. La vie et l’oeuvre de Geert Jan Jansen sont un exercice d’équilibre quotidien sur la corde raide entre fiction et réalité, espérant sans cesse ne pas dégringoler. Un protagoniste rêvé dont le récit transcende l’hémisphère personnel.

Dans ce nouveau volet de la série Horror Vacui, Berlin invite Geert Jan Jansen en personne sur les planches. Le rouage interne d’un homme complexe comme toile de fond pour lever le voile, entre autres, sur l’hypocrisie du monde de l’art. Quelle valeur a la vérité ? N’est-il pas plus rafraîchissant parfois de pouvoir se laisser entraîner dans un mensonge gracieusement conçu ?

Dans ce nouveau spectacle, Berlin recourt à son style caractéristique pour faire fusionner différents univers et réalités sur scène. Avec son protagoniste, Berlin met le doigt sur quelques plaies béantes du monde de l’art, mais présente aussi l’histoire universelle d’un homme enveloppé dans un tissu de mensonges – ou de variations sur la vérité – qui tente de rester debout.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.