Présentation - Transmission, petite histoire des objets des morts - Sarah Freynet, - mise en scène Sarah Freynet, - theatre-contemporain.net
Accueil de « Transmission, petite histoire des objets des morts »

Transmission, petite histoire des objets des morts

+ d'infos sur le texte de Sarah Freynet
mise en scène Sarah Freynet

:Présentation

Transmission, petite histoire des objets des morts ne raconte pas une histoire mais plusieurs. On y entend des bribes de conversations, de témoignages où les destins de chacun se heurtent à l'histoire d'une nation. Ces fragments de vies posent une question centrale : qu'est-ce qui se transmet de générations en générations ? De quelles histoires, de quels silences, de quels déplacements de populations sommes-nous issus ?

Le texte tisse donc une polyphonie de voix d'héritiers, toutes générations confondues, face à un héritage et aux questions qu'il soulève sur leur place dans leur famille, leur pays. 2000 cassettes vidéo obsolètes, des meubles de collection, un carnet du Stalag, un cendrier, des recettes, une listes de course avant un suicide, des cahiers de transmission ou un secret de famille : trier, c'est choisir ce qui mérite d'être retenu dans la vie d'un autre. Garder un objet, c'est élire un souvenir. Les héritiers mettent eux-mêmes en scène cette mémoire, la représentation théâtrale devenant l'occasion inespérée de dramatiser son histoire personnelle. Cependant le devoir de mémoire s'avère plus encombrant que les objets : qui veut se souvenir de l'accueil désastreux des républicains espagnols ; du retour discret des prisonniers des Stalags, des survivants de la Shoah ; du silence sur la guerre d'Algérie ? Les « sales immigrés » d'hier peuvent-ils entendre les éclats de voix des derniers arrivés ?


"C’est un projet que je porte depuis 9 ans, depuis que j’ai trouvé dans un appartement plein à craquer de bibelots inutiles, les cahiers de transmission d’une infirmière. Grâce à eux, j’ai pu découvrir les derniers instants de la vie d’une grand-mère qui avait laissé tant de traces matérielle après elle. Depuis, je n’ai cessé de m’interroger sur mon propre héritage, l’héritage des autres et sur ce qui restait en nous des disparus. J’ai interrogé une cinquantaine de personnes qui sont venus me raconter l’histoire d’un objet gardé et évoquer la figure d’un parent disparu. Choisir un objet ou le jeter n’est-ce pas encore dialoguer avec nos morts ? Que reste-t-il de leurs chansons, de leurs danses, de leurs combats et de leurs douleurs en nous ?
Je réponds à cette question par ce spectacle hybride et fragmenté comme nos existences.
Vous y verrez des figures de tous les âges et de tous les milieux, des bribes de familles, aussi vite dispersées que nous les aurons évoquées. Ne cherchez pas d’histoire, ce sont des histoires singulières, rencontrant la grande Histoire du siècle. Elles sont toutes vraies puisque je les ai réinventées.
Toute transmission est un malentendu - et heureusement pour les vivants."

Sarah Freynet