Accueil de « Sur/exposition »

Sur/exposition

+ d'infos sur le texte de Aurore Jacob
mise en espace Olivia Grandville

:Présentation

Pour la seconde année de leur parcours avec Théâtre Ouvert, les élèves-comédiens du CNSAD ont la stimulante tâche d’expérimenter sur le plateau, pendant quinze jours, un texte inédit d’Aurore Jacob. Sous la direction d’Olivia Grandville, qui a porté à la scène en novembre 2014 à Théâtre Ouvert le premier texte édité de cette auteure, ils travailleront sur la dramaturgie et la matérialité scénique de l’écriture.

Sur/exposition pourrait être l'histoire d'un vernissage comme les autres. Petits fours, champagne qui accompagnent les œuvres d'une jeune photographe prometteuse, sans oublier les commentaires des spectateurs devant les œuvres, parfois dubitatifs et caricaturaux. Dans cette exposition une bombe éclate...


J'ai commencé à travailler sur ce texte en juillet 2014, suite au documentaire Aliaa, la révolutionnaire nue, au reportage consacré à Aliaa Magda Elmahdy, cette jeune égyptienne qui, pour dénoncer l’hypocrisie ambiante autour du corps de la femme dans le monde arabe, a posté sur son blog une photo d'elle nue. Une fatwa l’a obligée à fuir son pays.

En janvier 2015, j’étais en résidence à La Chartreuse-CNES pour terminer ce texte mais après les attentats de janvier je ne pouvais plus l’écrire tel que je l'avais commencé. J'ai détruit le travail initial. La forme a explosé. J'ai recomposé, avec des morceaux épars, une pièce chaotique mais avec une architecture très forte. J’ai travaillé sur le son, des images fantomatiques, une parole poétique pour dire l’indicible.

La capacité d'Olivia Grandville à jouer avec ma partition textuelle, comme un musicien de jazz, nous avait rapproché lors de sa mise en espace d'Au bout du couloir à droite créée à Théâtre Ouvert en novembre 2014. Elle s’était approprié ma parole pour la faire danser. Elle avait su creuser entre les mots. Elle avait réussi à ouvrir la langue. Ou, plus exactement, à la tirer.

J’ai vu dans sa mise en espace le rire de mon texte. Le rire franc, le rire dangereux, le rire comme dernier rempart. Une terrible humanité. Il y a des rencontres et des évidences qui sont telles que ce n'est pas la peine de chercher plus loin.

Aurore Jacob

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.