Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Sentinelles »

:Édito

par Caroline Bouvier - Professeure de lettres et de théâtre

Dossier pédagogique n° 350 de la collection Pièce (dé)montée

En cette période d’épidémie, il est beaucoup question de « l’essentiel » et il apparaît clairement qu’à la différence des lieux de culte, des magasins de première nécessité ou des écoles, l’accès direct à l’art n’est pas considéré comme tel  : musées, théâtres et salles de spectacle sont en effet fermés. Pourtant avec Sentinelles, c’est bien à l’art et aux artistes que Jean-François Sivadier et son équipe invitent le public à réfléchir : comment ont-ils choisi cette voie ? Pourquoi ? Quelle conception ont-ils de leur art ?

Le spectacle s’inspire du roman de Thomas Bernhard, Le Naufragé, qui évoque le sort de trois jeunes pianistes, élèves du Mozarteum de Salzbourg : deux d’entre eux sont des virtuoses, certes, mais le troisième s’appelle Glenn Gould et la conscience que les premiers acquièrent du génie de leur ami, anéantit leur carrière, voire leur vie. Sentinelles développe un propos moins sombre, mais le spectacle s’attache également aux années d’apprentissages, là où tout se joue : les goûts et les convictions, les ambitions et les projets d’avenir, les émotions et les rivalités. Avec toujours, derrière, en filigrane, la figure des  «  maîtres  », interprètes, compositeurs, professeurs, tous les modèles qui suscitent admiration et vénération.

Après son travail sur Un ennemi du peuple d’Henrik Ibsen, une pièce qui interroge la responsabilité d’un individu face à la communauté à laquelle il appartient, Jean-François Sivadier propose un spectacle plus intimiste  : trois acteurs seulement, une scénographie épurée et l’attention portée aux questionnements intérieurs de trois jeunes gens, au début de leur carrière artistique. Car si le spectacle privilégie la musique, il est évident que toutes les formes d’art s’inscrivent dans ce parcours.

En proposant divers exercices et pistes de recherche, ce dossier souhaite faciliter aux élèves, l’approche de ce spectacle : comment la lecture de Thomas Bernhard a-t-elle inspiré Jean-François Sivadier ? Comment, au fil du travail avec les acteurs, cette influence s’est-elle estompée au profit d’une réflexion sur le parcours d’artistes en devenir ? Et comment s’impose à eux l’évidence de cet étrange territoire dont ils seront les sentinelles ?

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.