theatre-contemporain.net

Accueil de « Roberto Zucco »

Roberto Zucco

mise en scène Yann-Joël Collin

L'insensé

:De la carapace des héros

Par Malte Schwind
publié le 2017-07-16

Yvan-Joel Collin monte Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès avec les élèves du Conservatoire national supérieur d’art dramatique – Paris. C’est l’une des quatre créations avec cette école au Festival d’Avignon. On aurait espérer que les écoles nationales participent à former autre chose que des héros. On voudrait qu’ils ne participent pas à la production d’« habits trempés de sang ». On voudrait qu’ils fassent des jeunes comédiens autre chose qu...

Lien vers l'article :

On en parle dans la presse et sur le web

L'insensé

Image de la critique de L'insensé

jeudi 13 juillet 2017

Yann-Joël Collin | Koltès / Gabily : la vie en face

Par Arnaud Maïsetti

Ce drame à stations d’un meurtrier au regard d’ange est ici soulevé par la rage tendre de seize comédiens issus du CNSDA qui font de "Roberto Zucco" une hypothèse sans cesse recommencée. Pour Avignon, Yann-Joël Collin fracture l’écriture de Koltès avec les mots de Gabily – du frottement des écritures l’une sur l’autre naissent d’autres hypothèses. Et sur tout cela plane le seul regard qui vaille : face, toujours, et encore....

Lire l'article sur L'insensé

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

jeudi 13 juillet 2017

Roberto Zucco : la rencontre entre Collin et le CNSAD s’éternise

Par Hadrien Volle

Au Festival d’Avignon, Yann-Joël Collin met en scène la dernière promotion du CNSAD dans un spectacle réunissant deux textes, Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès et Prologue. Sur le théâtre de Didier-Georges Gabily. Si tous les comédiens sont excellents, la création connaît d’importantes longueurs dues au manque de fluidité de la mise en scène....

Lire l'article sur Sceneweb

Profession Spectacle

Image de la critique de Profession Spectacle

mercredi 12 juillet 2017

Entre accouchement d’une parole et enfermement télévisuel

Par Pauline Angot

Face à un Roberto criminel qui refuse toute fonction prédéfinie, quelle alternative avons-nous pour échapper à l’enfermement du metteur en scène, comme à l’enfermement social ? Aucun espace n’est laissé à notre liberté : ou bien nous sommes déterminés par le jeu social ou bien nous devenons criminels. Il n’est nulle échappatoire, pas même une parole accouchée de victime....

Lire l'article sur Profession Spectacle