Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Mademoiselle Julie »

Mademoiselle Julie

+ d'infos sur le texte de August Strindberg traduit par Terje Sinding
mise en scène Nils Öhlund

:Présentation

Les feux de la Saint Jean. Seule au château, la comtesse Julie se mêle aux paysans qui célèbrent la fête du solstice d’été. Dans l’ivresse de cette nuit, effrontément, elle invite Jean, le domestique de son père et le fiancé de Kristin la cuisinière, à danser « la valse des dames ». Mus par un rêve d’affranchissement, ils se laissent enflammer par leurs désirs. Mais une fois mutuellement conquis, le piège se referme.
La raison du plus fort est un thème cher à Strindberg. À cette proposition récurrente, l’auteur ajoute bien souvent un drame de l’amour sous-tendu par la lutte des sexes.
La passion lie deux êtres en tout point différents. Chacun est tour à tour animé de nobles valeurs ou dénué de tout scrupule.
Passion qui donne naissance à une liaison « contre-nature » et invivable.
Reconnue comme l’une des plus grandes pièces de Strindberg, Mademoiselle Julie et Jean sont les figures d’un drame où la femme et l’homme « modernes » luttent pour se montrer au grand jour et se faire entendre, penser et agir au dessus de l’autre, en lutte contre les préjugés des sexes et les différences sociales. Kristin, entre présence et absence, observation et cécité, veille sourdement au maintien vital de l’ordre établi.
Avec complicité, les acteurs de l’ensemble artistique de la CDE proposent une « Mademoiselle Julie » tout en proximité et dépouillement, centré sur l’acteur, qui doit être tout entier questionnement, déchirement. Rythmés par les danses de la Saint Jean, les sentiments s’affolent, l’air se raréfie, la tension monte, et l’issue…est incertaine ou tragique. Pendant ce temps où « souffle le vent et tombe la foudre », Julie et Jean remettent en question l’ordre des choses et rêvent d’un départ porteur d’avenir. Et l’on se surprend à espérer un présent égalitaire.
Les acteurs, tels des torches vivantes animées par les pulsions des personnages seront des porteurs de flamme. Dans une actualité si chaotique, il est bon que les artistes s’embrasent et rêvent encore …

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.