Accueil de « Les Derniers jours de l'humanité »

Les Derniers jours de l'humanité

+ d'infos sur le texte de Karl Kraus
mise en scène David Lescot

On en parle dans la presse et sur le web

Les lendemains de la générale - Lexpress

Image de la critique de Les lendemains de la générale - Lexpress

mardi 16 février 2016

Tout cela est fort gai et fort intelligent

Par Laurence Liban

Le titre n’est pas gai, le sujet non plus _ la grande guerre vue et commentée depuis l’arrière, côté autrichien et allemand_ et pourtant, on sort de ce spectacle tristement édifiant le sourire aux lèvres et bizarrement revigoré....

Lire l'article sur Les lendemains de la générale - Lexpress

Télérama

Image de la critique de Télérama

samedi 13 février 2016

Le cabaret sauvage de Karl Kraus

Par Fabienne Pascaud

David Lescot a puisé dans l'admirable brûlot pacifiste du satiriste Karl Kraus la matière d'un spectacle éblouissant. Un monument de résistance à la bêtise à voir au Théâtre du Vieux-Colombier, à Paris....

Lire l'article sur Télérama

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

mardi 02 février 2016

Les derniers jours de l’humanité

Par Mireille Davidovici

Les derniers jours de l’humanité de Karl Kraus, traduction de Jean-Louis Besson et Heinz Schwarzinger, conception, adaptation et mise en scène de David Lescot "Ce drame, dont la représentation, mesurée en temps terrestre, s’étendrait sur une dizaine de soirées, est conçu pour un théâtre martien. Les spectateurs de ce monde-ci n’y résisteraient pas. Car il est fait du sang de leur sang, et son contenu est arraché à ces années irréelles,...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 01 février 2016

« Karl Kraus a mis la langue populaire dans la littérature »

Par Fabienne Darge

C’est à une (re)découverte que convie l’auteur et metteur en scène David Lescot au Théâtre du Vieux-Colombier, à Paris : celle des Derniers Jours de l’humanité, texte monstre écrit à vif pendant la première guerre mondiale par le Viennois Karl Kraus. Entretien avec David Lescot et Denis Podalydès, qui porte la voix de Kraus dans ce spectacle....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 01 février 2016

Voyage dans un monde désaccordé

Par Fabienne Darge

Ah, Dieu ! Que la guerre est moche ! Avec le Viennois Karl Kraus, on est loin des enthousiasmes qu’elle pouvait susciter chez Apollinaire. Il n’y a pourtant rien de plombant, mais, au contraire, une grande délicatesse dans la manière qu’a David Lescot de s’emparer de l’art désespéré du caricaturiste Kraus, et de ce monument sur 14-18 qu’est Les Derniers Jours de l’humanité....

Lire l'article sur Le Monde.fr

regarts

Image de la critique de regarts

samedi 30 janvier 2016

Tableaux d'une agonie...

Par Frédéric Manzini

Par rapport à la Seconde Guerre mondiale, la Première donnerait presque l’impression de faire pâle figure. Le dernier « poilu » mort il y a plusieurs années, la chose semble désormais appartenir aux livres d’histoire. Et pourtant, il y a tout juste un siècle, l’Europe était ravagée par la guerre et ne s’en est jamais remise. L’humanité elle-même n’a-t-elle pas été atteinte dans son être par ce déchaînement sans précédent de violence ?

Lire l'article sur regarts

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

vendredi 29 janvier 2016

Karl Kraus en cabaret décati

Par Christophe Candoni

Auteur, metteur en scène et musicien, David Lescot adapte sur la scène du Vieux-Colombier Les Derniers jours de l’humanité de Karl Kraus dans une forme de music-hall désuet et poussiéreux. Les acteurs de la Comédie-Française y brillent d’aisance et de plaisir mais dans un registre histrionique bien trop forcé....

Lire l'article sur Toutelaculture

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 14 janvier 2016

David Lescot, instants décisifs

Par Anne Diatkine

Le metteur en scène qui monte propose «les Derniers Jours de l’humanité», de Karl Kraus, à partir du 27 janvier, au Vieux-Colombier. Un jour, on se réveille, et on s’aperçoit qu’un metteur en scène est constamment à l’affiche, voire sur plusieurs affiches en même temps. On se dit : «C’est qui ?» On se répond : David Lescot, la quarantaine dépassée, juvénile, une compagnie nommée Kaïros, soit, pour faire vite, en grec ancien,...

Lire l'article sur Libération.fr