Les croisades - Les Croisés - Marcel Cremer, - mise en scène Marcel Cremer, - theatre-contemporain.net
Accueil de « Les Croisés »

Les Croisés

+ d'infos sur le texte de Marcel Cremer
mise en scène Marcel Cremer

:Les croisades

Les croisades du Moyen Âge ont servi de base de réflexion aux comédiens d’Agora, de référence à des mécanismes idéologiques toujours présents de nos jours.

En effet, Les Croisés traite des croisades actuelles, en s’élevant contre la bipolarité du monde, contre la séparation du monde en bon et mauvais, civilisé et sauvage, croyant et incroyant, divin et diabolique.

Aujourd’hui encore, des idéaux « élevés » et la foi fournissent la légitimation nécessaire aux massacres actuels. On se souvient de la terrible phrase de George W. Bush : « Celui qui n’est pas pour nous est contre nous »…

Un peu d'histoire

Environ mille soixante-dix ans après l’entrée pacifique de Jésus-Christ dans Jérusalem, des pèlerins armés envahissent la ville et massacrent tous les habitants. Les guerriers portent l’insigne du prince de la paix. C’est le pape Urbain II qui a appelé à la Croisade : au nom de Dieu.

Dans toute l’Europe, à la fin du 11e siècle, des dizaines de milliers de chevaliers et d’ecclésiastiques, d’artisans et de paysans, de voleurs et de prostituées suivent l’appel : pour racheter leurs fautes et gagner leur place au ciel. Ces pèlerins, avides ou pieux, ont changé Jérusalem et le monde.

En 200 ans, huit grandes croisades et nombre de croisades de moindre importance se mirent en route pour la Terre sainte. Elles modifièrent la carte politique, débouchèrent sur la création des États latins du Levant et entraînèrent la destruction du royaume byzantin.

Les guerres, menées au nom de Dieu, provoquèrent la mort de bien plus de victimes civiles que les conflits précédents. Les populations de villes entières furent exterminées. Des millions de gens moururent par les armes, de maladie, de faim et d’épuisement. L’initiative des croisades a connu des suites importantes. Elle fit des musulmans des barbares païens, qu’il était permis et même souhaité de tuer.

Cette représentation de l’ennemi se trouvera être transférable : les premières victimes de la propagande entourant la guerre sainte furent les juifs rhénans. Cent ans après, des croisades contre les mouvements chrétiens apostats et les paysans en rébellion furent mises sur pied.

L’Inquisition et la mise en vente à grande échelle des bulles d’indulgence émanent de la pratique des croisades. L’image de l’hérétique propagée par les croisades servit de base légale commode aux colonisateurs des Amériques, de l’Afrique et de l’Asie.

L’Histoire occidentale des mille dernières années est truffée de guerres de religion et de croisades.