theatre-contemporain.net

Accueil de « Le Sec et l'humide »

Le Sec et l'humide

+ d'infos sur l'adaptation de Guy Cassiers,
mise en scène Guy Cassiers

Bigorre.org

:Le langage fasciste décrypté par Jonathan Littell et Guy Cassiers

Par Stéphane Boularand
publié le 2017-11-23

Jonathan Littel explique avoir écrit de court essai alors qu’il menait ses recherches pour écrire les Bienveillantes. La confrontation de la thèse d’un chercheur allemand qui explique que le fascisme est un mode de production de réalité pas une forme de gouvernement ou d'économie, et du texte de Léon Degrelle journaliste, écrivain, et directeur de presse fondateur du mouvement Rex...

Lien vers l'article :

On en parle dans la presse et sur le web

Carnet d'Art

Image de la critique de Carnet d'Art

jeudi 13 juillet 2017

Une conférence en demi-teinte.

Par Kristina D'Agostin

Dans un décor assez sobre où sont disposés un magnétophone, un pupitre, un écran de télévision, une table et une chaise, un homme accueille le public en le remerciant d’être venu assisté à cette conférence qui va se dérouler suivant les différentes parties de l’essai de Littell. Le conférencier va dans un premier temps mettre au centre de sa démonstration La Campagne de Russie, récit autobiographique de Degrelle......

Lire l'article sur Carnet d'Art

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 13 juillet 2017

Le mal fait la mue avec la voix

Par Guillaume Tion

Dans «le Sec et l’Humide», Guy Cassiers utilise des innovations sonores de l’Ircam pour matérialiser la métamorphose d’un conférencier en tribun fasciste....

Lire l'article sur Libération.fr

Echo.be

Image de la critique de Echo.be

jeudi 13 juillet 2017

Le théâtre monte le son

Par Isabelle Plumhans

'À la radio, l’écran est plus grand qu’au cinéma', affirmait Orson Welles. Pareil au théâtre avec deux spectacles belges en Avignon qui s’affirment par les oreilles....

Lire l'article sur Echo.be

revue Agôn

Image de la critique de revue Agôn

jeudi 13 juillet 2017

L’objet et l’abject

Par caroline châtelet

En découvrant Le Sec et l’humide, adaptation scénique par le metteur en scène belge Guy Cassiers de l’essai (édité en 2008) de Jonathan Littell (auteur révélé par son roman Les Bienveillantes qui remporta en 2006 le Prix Goncourt et le Grand Prix du Roman de l’Académie française), je pensais à deux choses. Un détail, et un plan large. 1) Détail. A Providence , adaptation par le metteur en scène Ludovic Lagarde du roman d’Olivier Cadiot...

Lire l'article sur revue Agôn

Culturebox

Image de la critique de Culturebox

mercredi 12 juillet 2017

Où comment un langage conduit au fascisme

Par Sophie Jouve

"Le Sec et l’humide" est une adaptation par Guy Cassiers d’un essai de Jonathan Littell, préparatoire à son roman "Les Bienveillantes". Un décryptage glaçant du style et de la force de la langue utilisée par Léon Degrelle, un wallon d’extrême droite qui a soutenu Hitler....

Lire l'article sur Culturebox

l'insensé

Image de la critique de l'insensé

mardi 11 juillet 2017

Le Sec et l’Humide : trop tiède !

Par yannick Butel

A Vedene, Guy Cassiers présentait Le Sec et l’Humide, interprété par un comédien qui peine à être autonome dans les voix dont il a la charge. Une mise en scène décevante où le simplisme l’emporte sur un enjeu d’actualité.

Lire l'article sur l'insensé

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 03 juillet 2017

Guy Cassiers : « Je cherche toujours l’humain dans le monstre »

Par Fabienne Darge

Le metteur en scène belge présente deux spectacles au Festival d’Avignon : « Grensgeval (Borderline) », à propos de l’Europe et des réfugiés, et « Le Sec et l’Humide », sur la langue du fascisme. Entretien....

Lire l'article sur Le Monde.fr