Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Gengis, nouvel épisode »

Gengis, nouvel épisode

+ d'infos sur le texte de Gregory Motton traduit par Nicole Brette
mise en scène Véronique Widock
Création à partir du texte Gengis parmi les Pygmées de Gregory Motton,

:Notes de mise en scène

Une fable politique contemporaine

Reconnu parmi les auteurs anglais contemporains les plus novateurs, Gregory Motton développe une écriture aiguë et satirique pour s'attaquer aux réalités politiques, économiques et sociales de son pays. Poursuivant l'aventure de Gengis, chef d'État paradoxal dont la carrière avait commencé dans "Chat et souris (moutons)", il persiste avec "Gengis parmi les pygmées". Plaçant cette fois l'action sur la scène politique internationale, il s'attaque aux "vertus" du libéralisme et de la globalisation.
Gengis s'apprête à se pendre quand il apprend que son mandat de chef d'État est reconduit. Aidé de ses ministres Tonton et Tata, il reprend le pouvoir et participe alors sans état d'âme à la dynamique du monde moderne : carburant au profit, à l'exploitation de l'homme par l'homme, et à l'industrialisation de la planète.
Gengis, atteint d'une soudaine crise de conscience, décide de se rebeller contre le système et ambitionne de convertir l'humanité à la solidarité et à la paix. Son nouvel engagement va l'entraîner dans une guerre économique chaotique avec les Etats-Unis et un amour passionné pour Lillipuce, la plus petite des ouvrières.
Pendant ce temps aux manettes de l'État, d'arrangements en compromissions, Tonton et Tata en profitent pour délocaliser et conclure de juteux marchés internationaux…
Interdit dans son pays depuis une dizaine d'année, Motton interroge avec humour notre courage idéologique face au gâchis écologique, à la colonisation culturelle, au cynisme du libéralisme.

Décapage à l'anglaise

Motton choisit de se débarrasser des structures dramatiques habituelles pour aller vers un théâtre qui parle d'aujourd'hui sans détour et dans le détail. Attaquant des sujets très contemporains, dans une grande liberté d'écriture et une absolue rigueur de sens, la pièce traite de notions aussi délicates que la baisse du profit, la soumission de la demande à l'offre, le problème des déchets, la répartition des impôts, les délocalisations, l'avènement d'une contre-culture... "Gengis parmi les pygmées" sidère par son audace et la perspicacité du propos, en même temps que par son humour décapant.
Le rire y est prépondérant, incisif et très ironique. Il tient à l'extrême précision de l'écriture et à l'acuité de la pensée. Le trait aiguisé fait mouche sur une réalité que l'on reconnaît. C'est la vertu de l'excellente comédie, satire critique de la société. Travaillant sur des situations radicales, Motton pense et écrit à l'anglaise : la pensée s'échappe de nos pesanteurs cartésiennes et la fable politique touche à l'absurde et à la métaphore.
S'affranchissant du quotidien, elle interroge à la fois la conscience politique et l'éthique individuelle. Au travers des prises de positions ambiguës de Gengis et des tractations corrompues de Tata et Tonton, se lit le manque de conscience de notre société libérale. L'endormissement à la fois collectif et individuel où nous engage un système finalement confortable, habilement construit et très bien protégé. Un système conçu toujours dans l'exponentiel qui nous entraîne peut-être vers les plus grandes aberrations.
Surgissent alors des questions urgentes sur notre monde contemporain, notre insouciance face au devenir de notre planète, notre habitude du cynisme, notre aptitude à l'oubli.

Les perspectives de ce nouveau chantier de création

Cette deuxième étape de création engage la mise en scène sur la seconde partie du texte de "Gengis parmi les pygmées". Autant la première partie tient de la joute verbale, autant la suite de la pièce est d'une facture plus épique. De nombreuses situations s'ouvrent à l'exploration de Gengis : la guerre commerciale avec les Américains, l'espionnage industriel aux Philippines, la rencontre amoureuse avec une ouvrière liliputienne, les retrouvailles catastrophiques avec l'Angleterre. Sans rien perdre de sa précision et de sa grande ironie, le texte nous entraîne vers la folie du monde. Le personnage de Gengis, toujours paradoxal dans sa prise de conscience, prend des dimensions tragi-comiques.
Le retour en Angleterre agit comme une prise incontournable au réel : impossible de ne pas y lire l'essentiel de nos perspectives contemporaines condensées, ici, dans un "home sweet home" d'apocalypse. "Est-il encore temps de fuir ?" pourrait être la dernière question du texte.
L'action se déroulera dans l'arrière-salle d'un entrepôt. Plaque tournante ordinaire du monde marchand, elle deviendra le lieu où se déversera, de manière fantasmée, la réalité folle du monde.
En travaillant sur un jeu rapide, direct et accidenté, il s'agira de donner au texte toute son acuité, sa vigueur, et son insolence, pour tenter de rejoindre un peu du continent anglais et son humour acide. L'interprétation sera dénuée de psychologie, et le code de jeu aigu et très vivant, à la fois fantaisiste et imparable.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.