Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Evel Knievel contre Macbeth na terra do finado Humberto »

Evel Knievel contre Macbeth na terra do finado Humberto

+ d'infos sur le texte de Rodrigo García traduit par Christilla Vasserot
mise en scène Rodrigo García

:Présentation

Il s’agit simplement de sauver la démocratie, en la projetant à la vitesse de la lumière contre l’abyme sidéral. Qu’elle frappe la transversale et rebondisse en entraînant ce qu’on appelle réalité. De sorte que la démocratie soit hors de danger, à l’abri de nous je veux dire. La pièce parle aussi du fait de s’aimer et de se haïr aux heures et quart, aux heures moins le quart et aux heures piles. Dans cette pièce, pensée pour Macbeth, une sorcière – rôles interprétés par Núria Lloansi et Inge Van Bruystegem – ainsi que pour Evel Knievel – qui n’a pas pu venir et sera donc interprété par Lars Eidinger dans un film, il se passe toutes sortes de choses. On présente au public Lady 45 : le tourne-disque qui inonde petit à petit de sang un vinyle blanc. Et nous ferons connaissance avec la véritable Harley Davidson de Evel Knievel. Nous aurons sur scène une selle de cheval avec vibromasseur. Et Orson Welles en train de regarder. Nous aurons notre petit dialogue personnel avec le film de Glauber Rocha L’Âge de la terre. Et des torrents de poésie comme d’habitude. Il y a des problèmes structurels dans des zones interplanétaires et nous allons les résoudre à coups de missiles : un Patriot par ci, un Tomahawak par là.
Tout cela sous les yeux hébétés d’Oncle Luis, Tante Tota et la Marraine, vieilles connaissances du Samurai (dans la pièce de théâtre 4 ). Nous savons que des problèmes surgit la beauté. Que l’extase s’appuie sur la disgrâce latente. La pièce cherche à atteindre ce moment où nuit et jour se confondent, où l’une nous abandonne et l’autre nous rend visite ; dans Macbeth Shakespeare le dit deux fois, pour moi il s’est trompé ou il était déjà obnubilé par le sujet des levers du jour et de l’aube… on verra bien qui aura les couilles de mettre en scène ce sentiment. Une flaque dans la boue, qui reflète cet instant où nuit et jour se battent à mort.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.