Accueil de « Déjà vu »

Déjà vu

Ting-Ting Chang (Chorégraphie)


:Présentation

La vie humaine est comme un musée : des émotions réinitialisées et une mémoire disloquée.

Au cours de la vie, il nous arrive à tous d’avoir l’impression plus ou moins marquée qu’une chose ou une situation à laquelle nous sommes confrontés nous est déjà connue. Ce peut être une scène à laquelle il nous semble avoir déjà assisté, un sentiment qu’il nous semble avoir déjà éprouvé ou encore un lieu où il nous semble être déjà passés. Dans ces trois cas, il s’agit de cette impression qu’en psychologie on désigne par le terme de « déjà-vu ».

C’est le philosophe français Émile Boirac (1851-1917) qui dans son ouvrage L’avenir des sciences psychiques, publié en 1917, a identifié ce phénomène et a forgé pour le désigner le terme de « déjà-vu ». D’après des statistiques, 70% des gens font au moins une fois au cours de leur vie l’expérience du déjà-vu. On a donc là affaire à un phénomène physiologique naturel très répandu.

Déjà-vu est l’œuvre récente que la chorégraphe taïwanaise CHANG Ting-Ting vient de créer après avoir remporté en 2016 le Grand Prix Première catégorie au Festival de Chorégraphie du McCallum Theatre, Californie. Elle y conçoit la scène comme une machine à remonter le temps par une prise de conscience de nos états émotionnels. Elle y questionne nos états d’âme récurrents entre « conscient » et « subconscient », interroge les relations interindividuelles, éclaire les recoins les plus secrets de l’âme humaine et « réinstalle » le souvenir qui dans la mémoire oscille entre le « vu » et le « non-vu ».

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.