Accueil de « Bluff »

:Note de l'auteur

Bluff est une suite de trois drames brefs dont le motif commun est le mensonge — c’est-à-dire la vérité, puisque le mensonge se définit comme «contraire de la vérité». S’intéresser au mensonge, revient donc à s’intéresser à la vérité, à la possibilité même de la dire, à la tentation permanente de la déformer, aux façons multiples de la falsifier.

Pour cette petite expérience dramatique, je propose de partir de l’hypothèse suivante : nous mentons tous, et nous mentons tout le temps (et nous nous sentons tous et tout le temps coupables de mentir). Les trois petites paraboles qui en découlent sont autant d’invitations à penser en commun sur la vérité du mensonge, et sur les mensonges de la vérité…
Nous sommes épris de vrai et nous bluffons sans cesse… Décidément, l’existence excelle à nous mettre la tête à l’envers ! Mais cet inconfortable écartèlement fait également notre grandeur (jusques et y compris dans l’accomplissement de nos petitesses quotidiennes) : nous engageons le combat au quotidien avec un réel indocile, insaisissable, imprévisible, hostile… et nous le faisons en conscience, avec la conscience de faire ce que nous faisons, contrairement aux machines et (peut-être) aux animaux. Notre grandeur, tout bluffeurs ou travestisseurs que nous soyions, c’est d’être déchirés. Et cette grandeur même, ce déchirement secret qui creuse nos solitudes, nous occasionne de la souffrance.

Je tiens que l’assemblée théâtrale est une des magnifiques opportunités dont s’est dotée l’humanité pour mutualiser nos souffrances individuelles et les muer en questionnement collectif. Le fait intéressant, ce n’est pas tant que tel ou tel d’entre nous soit un menteur (cela, c’est l’anectote, le fait divers — donc l’exception), mais qu’aucun d’entre nous ne puisse prétendre sérieusement ne jamais mentir (cela, c’est l’expérience commune, partageable). Les êtres humains ont beaucoup plus en commun qu’ils n’ont généralement tendance à le croire, et sont par conséquent infiniment moins seuls qu’ils ne se désespèrent de l’être (y compris dans le mensonge) : voilà ce que le théâtre permet d’éprouver physiquement.

Enzo Cormann

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.